Insécurité routière : Emprunter le boulevard des Tensoba, un calvaire dû aux embouteillages

boulv uneS’il y a un lieu où les embouteillages sont fréquents dans la capitale burkinabè, c’est bien au rond-point de l’hôpital pédiatrique, rue 979 boulevard des Tensoba, situé à la Zone I. Les travaux de réhabilitation de cette artère vont bon train, certes, mais l’insécurité routière y est criarde et les files d’attente des usagers sont anormalement longues. Cette route essentielle pour le ralliement du centre-ville connaît un trafic routier assez dense. Véhicules articulés, automobiles et motocyclettes font de ce tronçon un véritable pont pour rallier tous les autres points de Ouagadougou. Avec les travaux et le trafic assez important, la fluidité de la circulation est dès lors menacée. Radars Info Burkina s’est rendu sur les lieux pour un constat.

Passer de longues minutes sans pouvoir avancer d’un centimètre, c’est le quotidien des usagers du tronçon échangeur de l’Est-SIAO. Des embouteillages causés par la réhabilitation des lieux et le sens unique de la voie, assez restreinte d’ailleurs. Selon un des riverains, les bouchons sur cette artère étaient même déjà récurrents avant le début des travaux de réfection. « Les embouteillages ont toujours été monnaie courante ici, ce n’est pas nouveau », affirme Arouna Ilboudo. En effet, au rond-point de l’hôpital pédiatrique Charles de Gaulle, les longues files d’attente font poireauter les usagers, ce qui assurément a pour conséquence des retards pour ces derniers. boulv 2De l'avis de certains, l’emplacement même de l’hôpital pédiatrique Charles de Gaulle serait le souci majeur. « On a l’impression que la pédiatrie est mal placée, qu’elle empêche la fluidité du trafic », déclare Ali Ouédraogo. Paul Kaboré, lui, pense que les embouteillages sont surtout causés par les passants eux-mêmes à cause de leur « manque de discipline ». Pour lui, la solution serait de positionner des agents de sécurité à ce carrefour. « Hier (Ndlr, mardi) les policiers étaient là et la circulation était fluide. Les gens ont tendance à ne plus respecter les VADS. Pire, les autres jeunes qui sont là pour réguler la circulation le font dans le désordre par moments. Résultat, on assiste à des embouteillages et souvent même à des accrochages », nous confie M. Kaboré. Puis il ajoute : « Il suffit que chacun fasse preuve de patience et vous verrez que le trafic sera fluide ici ».

boulv 3Madi Koanda, lui, confesse qu’il n’emprunte cette voie que quand il n’a pas le choix : « En général, je préfère faire un grand détour plutôt que de passer par cette voie, car l’emprunter c’est presque toujours synonyme de retard ». Même s’ils sont impatients que les travaux de réhabilitation de cette artère majeure de la capitale soient terminés, certains usagers se consolent en se disant que leur calvaire ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. « Vivement que les travaux s’achèvent le plus rapidement possible pour que la circulation dans les deux sens soit de nouveau possible », a souhaité Halidou Ouattara.

Les travaux de réhabilitation du boulevard des Tensoba, communément appelé « la circulaire », ont été lancés en 2019 par le président Roch Marc Christian Kaboré. La fin des travaux est prévue pour le 31 décembre 2021.

Sié Mathias Kam