Entreprises de placement : Un secteur en plein essor au Burkina

zampalLe moins qu’on puisse dire, c’est que le chômage frappe de plein fouet la frange jeune de la population burkinabè, ce qui oblige celle-ci à recourir de plus en plus aux services d’agences de placement. Ces structures ont ainsi vu leur nombre croître au regard de la forte demande en matière d'intermédiaires dans le secteur de l'emploi. Razack Zampaligré,   responsable du cabinet de placement Elite du Faso, nous entretient sur ce sujet.

A en croire Razack Zampaligré, gérant d’une agence spécialisée dans le placement de personnel dans les petites et moyennes entreprises au Burkina, ce secteur d’activité se porte assez bien,  quoiqu'il ne soit pas connu de beaucoup de Burkinabè. « C'est un secteur qui n’est pas encore bien connu des demandeurs d’emploi burkinabè et  qui a besoin d’organisation », affirme M. Zampaligré.

Ces dernières années, on constate une augmentation considérable de la demande en matière d’emplois. Plusieurs facteurs expliquent cet état de fait, parmi lesquels la pandémie de Covid-19. En effet, cette maladie a causé des désagréments à nombre d’employeurs, les obligeant même à  se défaire d'une partie de leur personnel. Conséquence : ces nouveaux chômeurs ont grossi les rangs des demandeurs d’emploi. « Nous essayons tant bien que mal de répondre à ces différentes sollicitations en nous organisant à notre façon. Nous avons une organisation qui nous permet de recevoir l’ensemble des offres qui nous arrivent, de les compiler en fonction des différentes catégories d’emploi et de faire du placement de personnel dans des entreprises », nous explique Razack Zampaligré.

placema 2Ces dernières années, le tissu économique burkinabè a connu une mutation positive du fait de la multiplication des petites et moyennes entreprises. En effet, de nombreux jeunes ont pris l’initiative d'entreprendre plutôt que de chercher à être employés par l'Etat.  Mais de l’avis de Razack Zampaligré, le nœud du problème, c’est que l'État burkinabè n'a pas de véritable politique en matière d'emploi. « Nous constatons que l’Etat s'est désengagé en matière d’emploi », regrette-t-il. Et de conclure : « En tant que responsable d’entreprise, je préconise un suivi de l’application des règles en matière de création d'emplois et d'entreprises par l'organisation des entreprises de placement de personnel. »

Bessy François Séni