« 100 millions d’années » au Bac 2021 : Un texte qui invite à « vivre et se serrer la main », selon Nael Minoungou

nael uneL’artiste slameur burkinabè Nael Melerd, Nathanaël Minoungou à l’état civil, a vu l’un de ses textes constituer le sujet de commentaire composé du Bac D, session 2021, dont les épreuves écrites ont débuté le jeudi 8 juillet sur toute l’étendue du territoire national. Joint au téléphone par Radars Info, l’artiste slameur  a affirmé être ravi d’une telle reconnaissance.

« Je suis content, comme toute personne normale, que ce produit de ma pensée ait pu atteindre ce niveau d’importance », s'est réjoui d’entrée de jeu l’artiste slameur. « 100 millions d’années », c’est le titre du texte proposé en commentaire composé aux candidats au baccalauréat, série D, cette année. C'est un texte qui a été rédigé en 2018, comme nous le confie Nael Minoungou.

nael 2Le slameur raconte que la rédaction de ce texte est intervenue à un moment sombre de l’histoire du Burkina, particulièrement en proie à cette époque-là aux attaques terroristes et à la pandémie de COVID-19. Toujours selon lui, c’est la peur qui s'était emparée de lui et de ses compatriotes qui l’a amené à prendre sa plume en vue de redonner espoir aux populations. « J’ai écrit ce texte pour galvaniser mes compatriotes et leur dire qu'ils ne doivent pas se tromper d’ennemi », dit-il.

Dans son texte « 100 millions d’années », l’auteur affirme qu'en dépit du désarroi et de la psychose, il faut vivre et se serrer la main.

« J’ai l’impression qu’on espère que nos ravisseurs finiront par avoir pitié de nous, qu’on espère qu’ils finiront par nous lâcher. En réalité, la guerre est lancée et chacun doit s’armer de courage. Ce n’est plus nouveau, on connaît maintenant le phénomène. Que chacun s’arme par conséquent de courage pour vivre tout en combattant cette adversité», conclut Nael Minoungou.

Sié Mathias Kam (stagiaire)