Reprise des célébrations eucharistiques : « Mes fidèles m’ont manqué », Anatole Tiendrébéogo, curé de la paroisse

celeb uneL’Eglise catholique a repris les célébrations eucharistiques ce jeudi 21 mai 2020, qui coïncide avec la fête de l’Ascension. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la paroisse universitaire Saint-Albert le Grand de la Rotonde a pris des mesures pour éviter la propagation du virus. C’est le constat que la rédaction de Radars Info Burkina a pu faire sur place.

La dernière messe célébrée à la paroisse universitaire Saint-Albert le Grand de la Rotonde datait du 19 mars dernier. A l’occasion de cette réouverture, les fidèles de la paroisse sont invités à respecter les mesures édictées par le ministère de la Santé pour éviter la propagation du virus. A cet effet, la paroisse a installé des dispositifs de lavage des mains aux deux entrées de l’église. Un membre du service d’ordre est posté à chaque entrée pour inviter les fidèles à se laver les mains au savon ou à se les désinfecter avec du gel hydro-alcoolique. Aucun croyant n’a accès à la cour de l’église s’il ne porte pas de cache-nez. Pour ceux qui n’en ont pas, la paroisse a fait confectionner un certain nombre qu’elle cède à ceux qui le désirent moyennant la somme de 200 francs CFA. Au lieu de 6 personnes sur chaque banc comme d’habitude à l’intérieur, désormais seulement 4 personnes occupent un banc ; une façon de respecter la distanciation physique, sous l’œil vigilant du service d’ordre.

celeb 2Anatole Tiéndrébéogo, curé de la paroisse universitaire Saint-Albert le Grand de la Rotonde, a prié pour que le seigneur délivre toute l’humanité de la pandémie du Covid-19. « Aujourd’hui 21 mai, c’est la fête de l’Ascension, une célébration que nous faisons après la fête de Pâques pour marquer la montée du Christ ressuscité au ciel. Nous prions pour que Jésus, le ressuscité, continue de nous animer de son Esprit Saint pour que nous vivions de ses convictions et de ses valeurs », a-t-il dit. celeb 3Cette solennité de l’église est fêtée dans un contexte marqué par le coronavirus. Selon le curé, elle revêt un sens spirituel. Car nous devons, a-t-il prêché, nous rappeler que nous ne sommes pas faits pour vivre uniquement sur la terre. « C’est une invitation à tous les chrétiens à vivre cette vie en préparant celle de demain », a conseillé le père. Il s’est dit heureux de retrouver ses fidèles. « Mes fidèles m’ont manqué », a-t-il lancé.

Le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, qui a pris part à cette célébration, a apprécié positivement les mesures barrières prises par la paroisse. Il a souhaité que ces mesures de prévention soient respectées dans toutes les églises afin de stopper la contagion communautaire.

 Obissa