lundi 25 mai 2020

Santé : Ces aliments qui accélèrent le développement cognitif des tout-petits 

En plus d’assurer une bonne croissance physique de l’enfant, une alimentation équilibrée participe également au développement cognitif de ce dernier.…

Présidence de la Fédération burkinabè de football : « Sans objectif clair, il est difficile de réussir sa mission », Mory Sanou, candidat 

Ancien footballeur, entraîneur et instructeur d’entraîneurs de football, Mory Sanou fait partie des quatre candidats au poste de président de la Fédér…

Discours sur l’état de la Nation : Le Premier ministre Dabiré relève « la montée en puissance de notre armée nationale » 

Aux termes des dispositions de l’article 109, alinéas 2 et 3 de la Constitution du Burkina Faso, le Premier ministre expose directement aux députés la…

Mort de douze personnes à la gendarmerie de Tanwalbougou : L’opposition politique exige que la lumière soit faite 

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA, et Abdoulaye Arba, président du PMP, étaient face aux hommes et femmes de médias ce 19 mai à l’occasio…

Journée internationale du vivre-ensemble : « Dès la fin de la pandémie, je vais reprendre mes actions en faveur du vivre-ensemble », Sana Bob, artiste musicien burkinabè 

Le 16 mai, est célébrée la Journée internationale du vivre-ensemble dans la paix, laquelle a été décrétée par l'ONU le 8 décembre 2017. Le Burkina Fas…

Lutte contre le Covid-19 : La contribution de Miss Tanya 

Depuis l’apparition du coronavirus au Burkina Faso, les activités culturelles ont été suspendues sur décision du gouvernement. Ainsi, il n’y a plus de…

Secteur de la pêche : Les effets désastreux du Covid-19 

Au Burkina Faso, on constate une croissance continue de la pêche de capture. La preuve, la production est passée de 11 093 tonnes en 2008 à 27&nb  ton…

Podologue spécialiste des plaies chroniques : Safiata Ouédraogo, une icône 

Selon Wikipédia, la podologie est une science médicale ayant trait à l’étude, la prévention, le diagnostic et la prise en charge appropriée des pathol…

champ de mais 0Le Burkina Faso est un pays très majoritairement agricole. Le secteur primaire, constitué par l'agriculture et l'élevage emploie presque toute la population rurale et une partie importante de la population urbaine.  Plus de  80% des Burkinabè travaillent dans le secteur primaire. Il contribue à hauteur de 40% au Produit Intérieur Brut (PIB) du Faso. Cependant, pratiquer en ville cette activité porteuse au Burkina Faso, peut être un frein au bien-être des riverains.

 

L’agriculture urbaine est notamment pratiquée par des agriculteurs qui ont perdu la majorité de leurs terres agricoles du fait de l’urbanisation et qui continuent à produire de manière intensive sur des parcelles situées dans des zones non bâties. Ce qui fait que de plus en plus,  les citadins aussi se lancent dans cette activité. L’agriculture citadine peut se cantonner aux abords des maisons, au bord des rues. Pourtant, au Burkina Faso selon l’article 39 de la  LOI N° 022-2005/AN PORTANT CODE DE L’HYGIENE PUBLIQUE AU BURKINA FASO, l’élevage des animaux et l’agriculture en zone urbaine aménagée est interdit, sauf dans les lieux prévus à cet effet. Mais, fort est de constater que  cette interdiction n’est pas respectée.

Notons que cette activité n’est pas sans conséquences sur la vie des riverains. L’agriculture urbaine peut constituer une menace majeure pour la santé, à travers l’incidence accrue du paludisme, causée par l’irrigation, l’empoisonnement aux pesticides. En effet, l’agriculture en ville favorise les moustiques dans les lieux d’habitation, sachant bien qu’ils sont les principaux vecteurs du paludisme et de la dengue. Pourtant, c’est un secret de Polichinelle, ces deux maladies mortelles font des milliers de victimes chaque année au Burkina Faso. Le paludisme est  une maladie qui  dispute le haut du tableau de la mortalité au Burkina. La Dengue quant à elle, est une forme, qui  à peu près les mêmes symptômes que le paludisme, mais elle est plus foudroyante que lui.20180621 122717

Les activités agricoles, en raison de la façon dont elles sont exercées peuvent être génératrices de pollutions pour l’environnement et de nuisance pour les riverains, dans la mesure où  l’utilisation des pesticides dans les zones d’habitations, peut s’avérer dangereuse pour la santé des riverains, avec un risque élevé d’empoisonnement.

Autre conséquence de l’agriculture urbaine, c’est l’insécurité des riverains. En effet, l'essentiel de l'alimentation du Burkinabè est composé de céréales  tels le mil, le maïs, le sorgho. Un champ de ces cultures en plein quartier peut constituer un véritable danger pour les riverains en ce sens qu’ils peuvent servir de refuges pour les bandits.

Edwige SANOU

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

Sécurité

Vidéos

dy>