lundi 25 mai 2020

Santé : Ces aliments qui accélèrent le développement cognitif des tout-petits 

En plus d’assurer une bonne croissance physique de l’enfant, une alimentation équilibrée participe également au développement cognitif de ce dernier.…

Présidence de la Fédération burkinabè de football : « Sans objectif clair, il est difficile de réussir sa mission », Mory Sanou, candidat 

Ancien footballeur, entraîneur et instructeur d’entraîneurs de football, Mory Sanou fait partie des quatre candidats au poste de président de la Fédér…

Discours sur l’état de la Nation : Le Premier ministre Dabiré relève « la montée en puissance de notre armée nationale » 

Aux termes des dispositions de l’article 109, alinéas 2 et 3 de la Constitution du Burkina Faso, le Premier ministre expose directement aux députés la…

Mort de douze personnes à la gendarmerie de Tanwalbougou : L’opposition politique exige que la lumière soit faite 

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA, et Abdoulaye Arba, président du PMP, étaient face aux hommes et femmes de médias ce 19 mai à l’occasio…

Journée internationale du vivre-ensemble : « Dès la fin de la pandémie, je vais reprendre mes actions en faveur du vivre-ensemble », Sana Bob, artiste musicien burkinabè 

Le 16 mai, est célébrée la Journée internationale du vivre-ensemble dans la paix, laquelle a été décrétée par l'ONU le 8 décembre 2017. Le Burkina Fas…

Lutte contre le Covid-19 : La contribution de Miss Tanya 

Depuis l’apparition du coronavirus au Burkina Faso, les activités culturelles ont été suspendues sur décision du gouvernement. Ainsi, il n’y a plus de…

Secteur de la pêche : Les effets désastreux du Covid-19 

Au Burkina Faso, on constate une croissance continue de la pêche de capture. La preuve, la production est passée de 11 093 tonnes en 2008 à 27&nb  ton…

Podologue spécialiste des plaies chroniques : Safiata Ouédraogo, une icône 

Selon Wikipédia, la podologie est une science médicale ayant trait à l’étude, la prévention, le diagnostic et la prise en charge appropriée des pathol…

IMG 20180406 WA0002Ouagadougou est considéré comme le centre culturel, économique et administratif du Burkina Faso. Elle n’est cependant pas réputée être une zone agricole, car ayant une pluviométrie moyenne et des sols pas riches. Mais, cela n’a pas empêché certains d’oser et de défier dame nature en cultivant de la canne à sucre, la banane, le manioc et la banane plantain, des cultures qui requièrent de grandes quantités d’eau et des sols riches qui se drainent bien.

 

Ouagadougou, la  capitale du Burkina Faso n’est pas une zone agricole. Avec une pluviométrie  moyenne, ses sols ne sont riches. Ce qui de facto est un handicap  pour le développement de certaines cultures dans cette partie du pays, en l’occurrence la canne à sucre qui requiert beaucoup d’eau et des sols riches se drainant bien.  Ce qui fait qu’au Burkina Faso, c’est la  région des cascades qui est réputé être le cœur de la canne à sucre, à cause de l’abondance des pluies et la fertilité des sols. Mais, cela n’empêche que  certains agriculteurs, à l’image d’Etienne, ont voulu dompter dame nature en étendant la culture de la canne à sucre à Ouagadougou.  

Ses cannes à sucre proviennent  d’une bouture de celles de la SN SOSUCO de Banfora.  « Je suis dans cette activité il y a plus de cinq ans. Nous avons fait venir la canne de Banfora et nous avons planté au bord de ce canal. Par la Grâce de Dieu ça pousse bien. Nous avons souvent des problèmes d’eau quand la pluviométrie est faible. Ce qui nous contrains souvent à utilisé des engrais. Sinon en temps normal quant la pluviométrie est assez élevée, il n’y a plus besoin d’y ajouter quelque chose », explique Etienne.

IMG 20180406 WA0005

                                                                                       Etienne, producteur

 

Sa culture de canne à sucre est essentiellement destinée à la consommation locale, puisqu’il la commercialise aux Ouagalais au prix de cents (100) francs CFA la tige. Ce qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille. « J’arrive à m’en sortir avec cette production. Il y en a même qui viennent s’en procurer tous les jours », confie t-il.

IMG 20180406 WA0000En plus de la canne à sucre Etienne cultive bien d’autres choses telles que la banane,  la banane plantain qu’il à importer de la Côte d’Ivoire  il y a de cela trois (03) ans maintenant. Selon lui, la banane plantain produit bien à Ouagadougou, même si, elle n’a pas toujours la saveur de celle de la Côte d’Ivoire.

Il y’a également le taro et plusieurs variété de salade (la laitue, la salade rouge etc.) qu’Etienne cultive et qui produit bien. Il fait aussi la tomate, le gombo, le chou, le chou fleur et le manioc importé du Ghana. Ces clients sont principalement les vendeuses des marchés et les alimentations.

Pour lui, quelque soit les caprices de dame nature, l’homme peut s’adapter à n’importe qu’elle situation en osant la dompter. Beaucoup de ces cultures ne sont pas adaptées au climat de la capitale, mais Etienne a réussi par la force des choses, à les imposer au sol et au climat de la ville.

 

 Edwige SANOU

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

Sécurité

Vidéos

dy>