samedi 22 février 2020

Consommation d’alcools frelatés au Burkina : Pourquoi toujours ce regain malgré l’interdiction ? 

Le gouvernement du Burkina Faso, à travers son ministère du Commerce, a déclaré la guerre aux liqueurs et autres boissons frelatées, néfastes pour la…

Subvention de l’établissement des CNIB : « Le gouvernement n’a pas tenu parole. C’est une trahison des citoyens burkinabè », selon l’UPC 

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a animé un point de presse ce jeudi 20 février 2020 à Ouagadougou sur l’opération d’enrôlement des élec…

Le Faso Dan Fani : Symbole d’une Nation fière de ses racines 

Faso Dan Fani est une expression dioula qui signifie «& agne tissé de la patrie&n en français. Textile burkinabè par excellence, cette cotonnade est l…

« L’acte de contrition, c’est reconnaître le tort fait à la société par tout le monde », dixit Lookman Sawadogo, SG du comité de Manéga 

Les Sages du comité «&n pel de Manéga&nb nt formulé des recommandations pour la réconciliation nationale au Burkina Faso. Ces  iptions sont-elles…

Point de presse du CFOP : L’opposition politique invite l’Etat à mettre en place un observatoire national des libertés religieuses 

Au cours de son hebdomadaire face-à-face avec la presse nationale ce 18 février, animé par Jean Hubert Bazié de la Convergence de l’Espoir et Adama Sé…

Election présidentielle de novembre 2020 : « Je ne vois pas comment il pourrait y avoir une candidature unique de l’opposition », Me Apollinaire Kyelem de Tambèla 

Un accord politique des partis de l’opposition en gestation pour les élections couplées du 22 novembre 2020. Selon l’opposition politique burkinabè, c…

Musée national : L’heure de la renaissance a-t-elle sonné ? 

Le musée national, après plus d’une décennie d’existence, a toujours un problème de mal-être. Il semble être noyé dans le site de 29 ha qui l’abrite,…

Téléphone portable dans le couple : «Quand on est époux et épouse, le portable devient un bien commun parce qu’il doit y avoir de la transparence », Jean Bosco Kaboré, psychothérapeute, conseiller conjugal 

Nous sommes dans un monde où les technologies de l’information et de la communication sont très développées. Le téléphone portable intervient beaucoup…

devers uneLe parc urbain Bangr-weogo, situé en plein cœur de la capitale burkinabè, est classé depuis 1936. Si son histoire est liée à la présence d’un cours d’eau qui le traversait, un barrage est construit à proximité et un déversoir permet à l’eau de continuer de traverser le parc en s’écoulant. Une grande quantité d’eau traverse actuellement la forêt. Radars Info Burkina a rencontré Pascal Rouamba, directeur des Aménagements paysagers et de la Gestion des parcs (DAPGP) de la commune de Ouagadougou, pour savoir l’impact des eaux du déversoir sur la faune et la flore.

«Initialement, il y avait un cours d’eau principal. Il a été endigué pour créer le lac du barrage. Ce cours d’eau était en parfait équilibre avec l’écosystème qu’il alimentait. Les animaux et les végétaux qui existaient ici avant le classement en 1936 et jusqu’au classement étaient un écosystème entier complet», indique d’abord Pascal Rouamba.

Par la suite, un barrage a été construit à proximité du parc. Un déversoir permet au cours d’eau de se maintenir et de continuer à déverser les eaux en surplus à partir de la digue. Si le cours d’eau naturel était en équilibre avec l’écosystème, ce n’est pas le cas actuellement de l’incidence des eaux à travers le déversoir.

devers 2«Une grande quantité d’eau utilise l’ancien lit du cours d’eau initial. Cette importante quantité d’eau a impacté l’habitat de cette faune et de cette flore. En plus du déversoir, les eaux de caniveaux aboutissent au niveau de cette forêt. Un trop-plein d’eau et le phénomène d’ensablement font que l’eau n’est plus contenue dans son lit initial. L’eau sort de son lit initial et occupe toute la forêt. Donc nous avons toute la forêt qui est noyée sous un plan d’eau », explique le spécialiste.

La conséquence est que les espèces animales et végétales qui s’étaient accoutumées à un habitat particulier où une quantité d’eau s’écoulait normalement n’arrivent plus à résister à cet excès d’eau souvent toute l’année.

«Comme ces espèces n’arrivent pas à survire à l’excès d’eau durant toute l’année, il y a des endroits où beaucoup d’arbres sont morts. Il en est de même pour les animaux. La grande inondation de septembre 2009 a emporté un certain nombre d’animaux, notamment des lièvres, des reptiles (les crocodiles dont la densité a fortement baissé après les inondations) et des antilopes », fait-il savoir.

Selon lui, à un moment donné le lit du cours d’eau a été retracé en l’approfondissant pour lui donner son régime initial. Malheureusement, avec les quantités d’eau qui arrivent chaque année, c’est l’ensablement presque immédiatement après.

La solution serait de permettre aux eaux de s’écouler normalement à partir du déversoir et de sortir du parc sans stagner.

A en croire Pascal Rouamba, il y a un projet de canaux d’évacuation des eaux pluviales venant des différents quartiers environnants qui ne vont plus passer par le parc.

Aly Tinto (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

Sécurité

Vidéos

y>