lundi 25 mai 2020

Santé : Ces aliments qui accélèrent le développement cognitif des tout-petits 

En plus d’assurer une bonne croissance physique de l’enfant, une alimentation équilibrée participe également au développement cognitif de ce dernier.…

Présidence de la Fédération burkinabè de football : « Sans objectif clair, il est difficile de réussir sa mission », Mory Sanou, candidat 

Ancien footballeur, entraîneur et instructeur d’entraîneurs de football, Mory Sanou fait partie des quatre candidats au poste de président de la Fédér…

Discours sur l’état de la Nation : Le Premier ministre Dabiré relève « la montée en puissance de notre armée nationale » 

Aux termes des dispositions de l’article 109, alinéas 2 et 3 de la Constitution du Burkina Faso, le Premier ministre expose directement aux députés la…

Mort de douze personnes à la gendarmerie de Tanwalbougou : L’opposition politique exige que la lumière soit faite 

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA, et Abdoulaye Arba, président du PMP, étaient face aux hommes et femmes de médias ce 19 mai à l’occasio…

Journée internationale du vivre-ensemble : « Dès la fin de la pandémie, je vais reprendre mes actions en faveur du vivre-ensemble », Sana Bob, artiste musicien burkinabè 

Le 16 mai, est célébrée la Journée internationale du vivre-ensemble dans la paix, laquelle a été décrétée par l'ONU le 8 décembre 2017. Le Burkina Fas…

Lutte contre le Covid-19 : La contribution de Miss Tanya 

Depuis l’apparition du coronavirus au Burkina Faso, les activités culturelles ont été suspendues sur décision du gouvernement. Ainsi, il n’y a plus de…

Secteur de la pêche : Les effets désastreux du Covid-19 

Au Burkina Faso, on constate une croissance continue de la pêche de capture. La preuve, la production est passée de 11 093 tonnes en 2008 à 27&nb  ton…

Podologue spécialiste des plaies chroniques : Safiata Ouédraogo, une icône 

Selon Wikipédia, la podologie est une science médicale ayant trait à l’étude, la prévention, le diagnostic et la prise en charge appropriée des pathol…

gouttes une Malgré la place de choix qu’occupe l’agriculture dans l’économie du Burkina Faso, elle dépend majoritairement des eaux de pluie.  Mais ces dernières années, l’irrigation, à travers le système du goutte-à-goutte, tend à rehausser le niveau de l’agriculture avec de meilleurs rendements.

Le système d’arrosage goutte-à-goutte est la réponse au déficit d'eau dans les champs au Burkina Faso. En effet, cette technique consiste à apporter  à chaque  plante l’eau d’irrigation à l’aide de tuyaux munis de petits goutteurs. Cette technique a l’avantage d’être économe et de demander très peu de travail.

De plus en plus, cette pratique tend à s'imposer  dans les champs de par son efficacité pour le grand bonheur des agriculteurs. Très présente dans l'agriculture  de contre-saison, dans le  jardinage domestique et le maraîchage, cette technique à sa part de contribution dans leur  réussite. De l’avis d’Etienne, agriculteur, « la pratique du goutte-à-goutte dans l’agriculture est une très bonne option, en ce sens qu’elle contribue  à augmenter les rendements. De plus, elle est très pratique, simple et moins fatigante ».

« L’avantage avec cette pratique, c’est qu’on n’a pas besoin de beaucoup d’eau ; en plus, on est en mesure de contrôler la quantité d’eau qu’on veut utiliser. Cela permet d’éviter le gaspillage d’eau, qui est une denrée rare au Burkina », ajoute-t-il. Outre les champs, cette pratique est bien présente dans la culture hors-sol, qui prend de plus en plus de l’ampleur au Burkina Faso.

De l’avis d’Hermann Somé, environnementaliste, cette technique s’adapte à tous types de plantes et elle a l’avantage de réduire les risques de maladies car les feuillages ne sont pas mouillés. « Le système d’arrosage goutte-à-goutte est plus adapté aux besoins de vos plantes au fur et à mesure de leur croissance. En outre, l’eau ne touche pas les plantes. Elle pénètre directement dans le sol, ce qui permet d’éviter les différentes bactéries qui peuvent apparaître lorsque l’eau stagne sur les plantes », souligne-t-il. Il faut donc dire que cette technique pourrait bien être une des mesures qui promet un avenir radieux à l’agriculture au Burkina Faso.

gouttes 2Au vu de son importance, cette mesure devrait être vulgarisée au  maximum et même dans les zones reculées pour espérer voir l’agriculture  prospérer au Burkina Faso et ainsi impacter l’économie nationale.

Quoi qu’il en soit, l’agriculture du Burkina Faso est une agriculture de subsistance  du type extensif, utilisant des moyens rudimentaires de production. L’expansion réelle de ce secteur nécessite une revalorisation de la filière  mais aussi un accompagnement conséquent  des producteurs.

Edwige Sanou

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

Sécurité

Vidéos

dy>