vendredi 29 mai 2020

Conseil des ministres : Validation de l’année scolaire pour les classes intermédiaires et révocation de trois agents du ministère de l’Economie 

Il s’est tenu ce 27 mai 2020 un Conseil ordinaire des ministres sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, chef de l’État burkinabè. Au titre d…

Campagne agricole humide 2020-2021 : L’adaptation du secteur au contexte sanitaire en ligne de mire 

La campagne agricole humide 2020-2021 a été lancée le vendredi 22 mai 2020 à Boussouma, dans la commune de Koubri, région du Centre, par le ministre b…

Présidence de la FBF : « Ce n’est pas un revirement », Bertrand Kaboré, candidat 

Promoteur d’un centre de formation en football en Afrique du Sud, Bertrand Kaboré est un passionné du football depuis sa tendre enfance. Secrétaire à…

Lutte contre le coronavirus au Burkina : MSF investit 210 millions FCFA dans l’ouverture d’un centre de traitement du COVID-19 d’une capacité de 62 lits à Ouagadougou 

Après le Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (CHU-T)& t le Centre hospitalier universitaire Souro-Sanon (CHUSS) de Bobo-Dioulasso, le Burki…

Grossesse et hépatite B : Les risques pour le fœtus 

L'hépatite B est une infection virale qui s'attaque au foie et touche quelque 250 millions de personnes dans le monde. Pour les femmes enceintes porte…

Hygiène dans les moulins : Lorsque l’insalubrité s’installe 

Pour la cuisine, certaines céréales et certains condiments ont besoin d’être moulus. Ainsi, les ménages qui ne disposent pas d’un mixeur ont le plus s…

Santé : Ces aliments qui accélèrent le développement cognitif des tout-petits 

En plus d’assurer une bonne croissance physique de l’enfant, une alimentation équilibrée participe également au développement cognitif de ce dernier.…

Présidence de la Fédération burkinabè de football : « Sans objectif clair, il est difficile de réussir sa mission », Mory Sanou, candidat 

Ancien footballeur, entraîneur et instructeur d’entraîneurs de football, Mory Sanou fait partie des quatre candidats au poste de président de la Fédér…

sach uneLes rues de la ville de Ouagadougou sont infestées de sachets plastiques de toutes sortes. Difficile, voire impossible, de faire 100 m sans en apercevoir.  Bien que l’interdiction ait été actée par un texte juridique depuis  2014, le constat est amer : les sachets plastiques pullulent dans la capitale du Burkina.

Selon la loi n°017-2014/AN, la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des sachets plastiques non biodégradables sont interdites au Burkina Faso. Bien qu’elle soit en théorie effective depuis le 21 février 2015, force est de constater que ladite loi se heurte à des difficultés dans son application sur le terrain. La preuve en est que les sachets plastiques traditionnels, c’est-à-dire non biodégradables, foisonnent un peu partout : dans les marchés, les boutiques, les alimentations, etc., où ils sont vendus comme emballages à des coûts très réduits.  Après usage, ils sont aussitôt jetés dans la nature, toute chose qui constitue à n’en pas douter un problème environnemental majeur. Ces sachets envahissent les villes et villages, au point qu’il n’est pas exagéré d’affirmer que ces aires géographiques sont en train de devenir des dépotoirs de sachets en plastique.

Selon Fidel Yaméogo, inspecteur de l’environnement et par ailleurs coordonnateur national du traitement et de valorisation des déchets plastiques, « des sorties de contrôle faites par les équipes dans toutes les régions ont effectivement  révélé des insuffisances dans la compréhension de ladite loi et aussi dans les procédures d’importation.  En effet, pour toute importation de sachets plastiques, il faut un certificat d’homologation délivré par le ministère. La difficulté majeure  était due au fait que  l’autorisation était délivrée uniquement  sur la base des documents des promoteurs »

sach 2Si jusque-là l’effectivité de l’application de cette loi tarde à être constatée, la multiplication des opérations de contrôle inopiné pourrait bien compenser cette faille à travers le TAL-X, l’appareil  qui permet de détecter avec efficacité la biodégradabilité des sachets  plastiques.  Cela  permettrait de rappeler à l’ordre ceux qui foulent jusqu’à présent aux pieds la loi susmentionnée, sous peine pour les récalcitrants de subir des sanctions.  « Dans le cas où l’appareil détecte des sachets plastiques non biodégradables, ils sont saisis et cela donne lieu à une amende », précise Fidel Yaméogo.

En tout état de cause, l’éradication des sachets plastiques non biodégradables n’incombe pas uniquement aux autorités, elle  concerne aussi et surtout les citoyens  en ce sens que ceux-ci doivent être des acteurs de premier plan dans cette lutte.

  Edwige Sanou / Pema Neya (Stagiaire)

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

Sécurité

Vidéos

y>