Madi ZongoSi le 10 juin 2017, les étalons avaient réussi leur début en éliminatoires de la CAN 2019 à Ouagadougou en neutralisant l’Angola 3-1 et en prenant la tête du groupe I devant les Mauritaniens, ce samedi 08 septembre 2018 à Nouakchott, les poulains de Paulo DUARTE se sont compliqués la tâche en se faisant battre par la Mauritanie deux buts à zéro. Avec cette défaite, le Burkina donne la première place du groupe I à la Mauritanie qui se hisse désormais avec 6 points au compteur. Le prochain match des étalons est prévu pour le mois d’octobre au stade du 4 août. Dans cette interview accordée à Radars info Burkina, Madi ZONGO, journaliste sportif,  analyse ce rendez-vous manqué des étalons avec le 12e joueur. Ce match  il faut le rappeler comptait pour la deuxième journée  des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations de Football Cameroun 2019.

 

Radars info Burkina : Comment avez-vous apprécié le jeu des étalons samedi dernier à Nouakchott ?

Madi ZONGO : je pense que le résultat ne m’a pas surpris, parce qu’il y a eu d’abord les déceptions, liées à l’absence de certaines bonnes jambes. Cela a dû avoir de l’influence sur le jeu, mais le plus important a été l’état de forme de ceux qui étaient sur le terrain. A mon avis, c’est beaucoup plus la qualité du groupe qui a posé problème, face à une équipe de la Mauritanie qui est pleine progression, depuis sa participation au CHAN 2014 en Afrique du sud. Ce qui fait que c’était quand même un peu compliqué, mais on se disait qu’avec le peu d’expérience des étalons ça pouvait aller. Mais on s’est rendu compte que ce n’était pas le cas, les Mauritaniens étaient visiblement plus forts.

FB IMG 15357313590729990

                                                              Madi ZONGO, journaliste sportif

 

RIB : Est-ce qu’avec un tel jeu les étalons pourront faire bonne figure pour le reste des éliminatoires de la CAN 2019

MZ : On espère. Il reste quatre matchs, il va falloir changer de fusil d’épaule, parce que poursuivre avec un tel jeu, ne sera pas du tout évident au regard des équipes que l’on doit affronter : l’Angola qu’on avait battu, est revenu à la hauteur du Burkina avec ses trois points engrangés. Il ne faut pas oublier aussi qu’il y a la double confrontation entre le Burkina Faso et le Botswana qui va beaucoup compter. Mais quand on voit la prestation que les étalons ont donnée à Nouakchott,  s’ils vont reproduire le même match au Botswana, ça va être extrêmement dur. Avec un tel jeu cela va être très compliqué, parce que le plus important il me semble que c’est la qualification, mais on sent que le groupe est disparate entre des anciens et les nouveaux qui tardent à avoir une certaine Homogénéité.

 

IMG 5310 1RIB : Que signifie ces points perdus pour le Burkina Faso, quels peut être l’impact pour le Burkina Faso ?

MZ : Quand vous perdez des points ca veut dire que devriez vous rattrapez, on a perdu trois points cela veut dire que quand même il va falloir rattraper rapidement ces trois points, pour ne pas avoir à le regretter, parce qu’il ne faut pas oublier que les autres progressent. Si vous régressez, cela va forcement poser problème. Aujourd’hui la Mauritanie à 6 points. Donc la Mauritanie à encore une marge d’erreurs, or nous, nous ne l’avons pas. On veut deux équipes, il faut avoir neuf (09) à dix (10) points minimum, pour se qualifier. Avec six points, un match nul et une victoire, la Mauritanie, est sur d’être qualifiée. Pourtant, a contrario pour le Burkina, il va falloir rattraper rapidement ces trois points et espérer que la Mauritanie soit un peu arrêtée par l’Angola. Dieu faisant bien les choses, les deux vont se rencontrer  en octobre, s’il y a une victoire de l’Angola, cela peut être intéressant pour le Burkina, parce qu’en ce moment, l’Angola aura donc six points, la Mauritanie également. Si les étalons gagnent, le Burkina aura six points aussi. Cela va rééquilibrer le groupe, mais au cas contraire si c’est la Mauritanie qui gagne face à l’Angola, on risque d’avoir un match entre le Burkina et l’Angola pour la deuxième place, ce n’est la chose la plus facile qu’on aura à faire. Toutefois, rien n’est perdu pour le moment, tant qu’on ne jouera pas le dernier match, tant que les calculs mathématiques ne mettront pas les étalons hors de course, rien n’est perdu. Ce n’est pas avec une défaite qu’on est éliminé, je crois que de part le passé, on a connu pire.

 

Propos recueillis par Edwige SANOU

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public