2911543 large lndAbsents de la CAN depuis 2015, les Super Eagles seront contre toute attente au rendez-vous en Russie à l’occasion du grand événement footballistique de la planète. Et ils ne l’ont pas volé, car ayant éliminé deux autres cadors du continent, l’Algérie et le Cameroun. Cependant, la tâche s’annonce ardue pour les hommes de Gernot Rohr, placés dans la poule D. Si sur le papier, l’Argentine est une inconnue (le Nigeria a toujours perdu face à cette nation au Mondial) et la Croatie un redoutable adversaire, l’Islande ne sera pas un sparring-partner. Devenu un habitué de cet évènement, le Nigeria va connaître donc la sixième Coupe du monde de son histoire en Russie et sera obligé de livrer trois matchs de très haut niveau s’il prétend à une présence dans le top 16 du Mondial 2018 comme ce fut le cas au Brésil en 2014.

 

yesmen 0Après avoir brillamment atteint la phase des matchs à élimination directe lors de ses deux premières participations à la Coupe du Monde de la FIFA, en 1994 et 1998, le Nigeria a connu un passage à vide, avant de renouveler la performance lors de Brésil 2014. En effet, avec 13 points au compteur, le Nigéria était le premier pays de la zone Afrique à se qualifier pour le Mondial 2018 en Russie. Les Nigérians sont passés sans encombre alors qu’ils étaient dans un groupe de la mort avec le Cameroun, l’Algérie et la Zambie. Avec quatre victoires en six matchs, les Super Eagles n’ont pas vraiment tremblé. Une victoire d’entrée en Zambie suivie de deux victoires faciles contre l’Algérie (3-1) et surtout le Cameroun (4-0). Un nul sur la terre des Lions indomptables, puis une nouvelle victoire face à la Zambie ont suffi aux Nigérians pour se qualifier malgré une défaite par forfait en Algérie lors du dernier match. La sélection nigériane disputera ainsi sa sixième phase finale de Mondial, la troisième consécutive après 2010 et 2014. Elle a déjà atteint à trois reprises les huitièmes de finale de la Coupe du monde, en 1994, 1998 et 2014. Fera-t-elle la différence en cette nouvelle édition ?

Difficile de savoir qui sortira vainqueur de cette poule, tant cela semble vraiment équilibré entre l'Argentine, le Nigéria, la Croatie et l'Islande. Si l’Argentine fait peur sur le papier, le finaliste du dernier mondial n’a pas brillé en qualification dans la zone amérique du sud, et s’est qualifié lors de la dernière journée. Suite au match annulé contre Israël, les argentins n’auront eu qu’un match (contre Haïti) pour se tester depuis la correction reçue contre les espagnols. Et ils débutent contre une équipe d’Islande quart de finaliste à l’euro, très solide, et qui est portée par tout un peuple.

Il y a évidemment la Croatie, qui depuis son entrée dans le monde des nations du football, dans les années 90, a oscillé le très bon (98) et le catastrophique quelques années après (3 éliminations au premier tour et une non qualification). On sent toutefois que cette année, avec des joueurs de la classe d’un Modric ou d’un Rakitic, cette équipe n’a pas grand chose à envier à ses ancêtres de 98. Elle peut aller loin.

Ce qui est évident, le Nigeria, porté par ses 160 millions d’habitants, pourra non seulement compter sur l’expérience de son groupe en Coupe du monde, mais aussi sur la performance de plusieurs de ses joueurs en club, sans oublier l’harmonie qui existe aujourd’hui entre les anciens et nouveaux de cette équipe.

AngleterreA ce mondial, le Nigéria peut compter sur son « joueur vedette » John Obi Mikel. Le capitaine des Super Eagles est aujourd’hui l’une des plaques tournantes de cette équipe et l’un des joueurs les plus attendus de cet effectif en Russie. Agé de 30 ans, Mikel présente des états de service qui font rêver. Remarqué lors de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2005, il a mené son équipe en finale, avant de s’incliner devant l’Argentine de Lionel Messi. À l‘échelon supérieur, il a remporté la CAN en 2013. Il a ensuite aidé les Super Eagles à franchir la phase de groupes de Brésil 2014, un exploit qu’ils n’avaient plus réalisé depuis 1998. En club, l’ancien pensionnaire de Chelsea (381 matches entre 2006 et 2017) a pratiquement tout gagné au cours des 11 saisons passées à Stamford Bridge. À son départ pour la RP Chine, il totalisait une Ligue des champions de l’UEFA, deux titres de champion d’Angleterre et quatre FA Cups.

Aussi, l’un des atouts de cette équipe des Super Eagles sous l’ère Gernot Rohr se nomme Victor Moses. Le joueur de Chelsea est le Nigérian le plus connu des joueurs évoluant en Europe. Buteur à 11 reprises en 31 sélections, le natif de Lagos a été désigné joueur de l’année au Nigeria le 19 février dernier au cours d’une cérémonie organisée par la Fédération nigériane de football (NFF). Moses possède à son actif, le trophée de la CAN 2013 avec le Nigeria, une finale de Ligue Europa la même année avec Chelsea, un titre de champion d’Angleterre (2017), ainsi qu’une Coupe d’Angleterre (2018). Un palmarès sur lequel peut compter son groupe.

kelechi iheanacho et ses coequipiers celebrent son but lors d argentine nigeria 214245Le joueur-clé de cette équipe nigériane reste incontestablement Francis Uzoho. Le plus jeune joueur nigérian (19 ans) a une très lourde responsabilité : faire oublier Vincent Enyeama. Grâce notamment à leur gardien de but emblématique, les « Super Eagles » ont atteint les huitièmes de finale du Mondial 2014. Le jeune portier de la réserve du Deportivo sera-t-il à la hauteur de son illustre aîné ? Gernot Rohr est obligé d’y croire, entre un Enyeama qui n’a plus joué depuis plusieurs mois et un Carl Ikeme atteint de leucémie.

Egalement l’attaquant Ahmed Musa, compte écrire son nom en lettres d’or à ce mondial. En effet, Retenu en sélection nationale depuis 2010, Musa a déjà inscrit 7 buts en 40 capes. Agé de 25 ans, Musa a aujourd’hui une grosse expérience à partager avec les jeunes du collectif après huit années dans ce groupe. Triple champion de Russie avec le CSKA Moscou (2013, 2014, 2016), plus de 120 matchs de championnat russe, une CAN (2013), une Coupe des Confédérations la même année et une Coupe du Monde (2014) à son actif, Ahmed Musa a tous les arguments pour jouer un rôle de meneur d’homme en Russie.

Le jeune à suivre de près est Kelechi Iheanacho. Du haut de ses 21 ans, il sera l'avant-centre titulaire du Nigeria en Russie. Repéré et recruté très jeune par Manchester City, il a saisi sa chance quand il a été lancé en équipe première en septembre 2015 et a inscrit 21 buts en 64 matchs. Les Citizens l'ont pourtant cédé à Leicester l'été dernier et Iheanacho a connu moins de réussite avec sa nouvelle équipe. Chez les Super Eages, l'attaquant évolue en confiance depuis novembre 2015 et son adresse constituera un vrai danger dans les surfaces adverses.

Kelechi Iheanacho William Troost Ekong and John OguAutre joueur à suivre chez les Supers Eagles, Alex Iwobi, l’attaquant d’Arsenal. Aujourd’hui âgé de 22 ans, le natif de Lagos a été nommé en 2016 jeune joueur africain de l’année par la CAF. L’international nigérian avait été récompensé pour sa belle saison avec Arsenal et ses bonnes prestations avec le Nigeria. Lancé dans le grand bain en Premier League par Arsène Wenger contre Swansea en octobre 2015, le jeune ailier avait également découvert la Ligue des champions avec les Gunners. En club, il a remporté la Coupe d’Angleterre en 2017 et finaliste de League Cup en 2018. Des performances solides pour prétendre participer à son premier mondial

Autre atout dont dispose l’équipe du Nigéria, c’est son encadrement technique très particulier. Salisu Yusuf, 54 ans, est le sélectionneur officiel de l’équipe. Ceci étant, il est aidé par l’entraîneur Franco-Allemand Gernot Rorh qui officie en tant que conseiller technique. Fort de ses expériences aux Girondins de Bordeaux ou encore à l’OGC Nice, Gernot Rorh tentera de combler le manque d’expérience au plus haut niveau de Salisu Yusuf qui n’a entraîné que des clubs du championnat du Nigeria. Nommé en juillet 2016, le tandem a assuré avec brio la qualification pour le Mondial des Nigérians même si Gernot Rorh semble occuper plus qu'un rôle de conseiller technique.

En Russie, le Nigeria cherchera donc à faire mieux qu'au Brésil en 2014 et à atteindre les quarts de finale. Le sélectionneur Gernot Rohr a apporté une rigueur bienvenue mais il ne veut pas céder à la pression populaire et s'enflammer car il sait que le groupe D sera disputé et indécis. Le système de jeu qu’il a mis en place, est aussi prometteur. En effet, il a testé plusieurs schémas, notamment lors des matches amicaux des derniers mois. Mais on s’achemine bien vers une défense à quatre avec un John Obi Mikel à la baguette au milieu et des ailiers très actifs. C’est en tout cas ainsi que le Nigeria a réussi ses prestations les plus convaincantes.

Toutefois, à quelque trois jours de la coupe du monde de football qui se joue du 14 juin au 15 juillet en Russie, les « Super eagles » semblent mal en point. En cause, la série de déconvenues enregistrées lors des préparatifs de ce 21è mondial. La dernière en date, celle de mercredi dernier face à la République Tchèque (0 – 1). Et bien avant, l‘équipe nationale du Nigeria s’est inclinée devant l’Angleterre (1 – 2) et face à la Pologne (1 – 0) après avoir été tenue en échec (1 – 1) par la RDC écartée du chemin de la Russie par la Tunisie.

2018 06 02t162130z 689343919 rc1675d9d2c0 rtrmadp 3 soccer worldcup eng nga 0D’où les doutes, voire les craintes de la part des observateurs quant à la capacité des Super eagles de tenir bon au sein du groupe D très relevé composé de la Croatie, de l’Islande et surtout de l’Argentine de Lionel Messi. Une « Albiceleste » qui, en quatre confrontations, a toujours eu raison des Super eagles en coupe du monde, même si le Nigeria a remporté deux des trois matches amicaux dont celui de novembre dernier. Des résultats dont le coach allemand des Super eagles se montre conscient. « Nous avons encore perdu un match, tout le monde est en colère à ce sujet et cette colère est positive », a déclaré Gernot Rohr. Ce, en ajoutant : « Quand nous avons battu l’Argentine lors d’un match amical en novembre, tout le monde a dit de nous que nous pourrions atteindre la demi-finale à la coupe du monde. Et maintenant les résultats de ces derniers matches ont remis en cause ces estimations ». Mais, le sélectionneur semble optimiste. Tant il dispose de plusieurs atouts dont le retour en « forme » du milieu de terrain de Leicester, Wilfred Ndidi, absent depuis le mois d’avril à cause d’une blessure aux muscles ischio-jambiers. « Nous nous réjouissons également des indicateurs positifs, notamment le retour de Ndidi, qui n’a pas joué depuis deux mois. C‘était très important de le revoir jouer normalement. Il pourrait jouer pendant 90 minutes ce qui est très bien », a déclaré Rohr.

Rappelons qu’en six participations à la coupe du monde, le Nigeria n’a jamais franchi l‘étape des huitièmes de finale. Peut-être sera-t-il la première nation africaine à atteindre les demi-finales à cette grande messe du football mondial ? La réponse à partir du 16 juin  prochain à  Kaliningrad en Russie où les protégés de Gernot Rohrvont entrain en lice, en affrontant la Croatie.

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public