ring uneElle fait partie des disciplines sportives burkinabè qui ont suscité l’intérêt du public à un moment donné. La boxe au pays des hommes intègres a révélée de grandes gloires qui ont vendu positivement l’image du pays grâce à leurs performances sur les rings lors des compétitions internationales. Radars Info Burkina s’est intéressé à cette discipline sportive.

C’est à Bobo Dioulasso, aux premières heures des indépendances en 1961, que la boxe a été introduite au Burkina Faso. Dans les années 80, elle était certainement l’une des activités en vogue dans le pays. Des grandes figures telles que Moussa Ouattara, Kélètigui Ouattara, Tiga Bazié, Dramane Nabaloum, etc., qui cumulent plusieurs distinctions africaines et même mondiales, étaient au sommet de leur art.

Aujourd’hui encore, plusieurs clubs et ligues existent à travers tout le pays et sont chapeautés par une Fédération burkinabè de la boxe (FBB) qui continue de donner du souffle à cette activité. C’est du moins ce qu’affirme Abdourahame Koné, président de la FBB.

Selon lui, la boxe burkinabè se porte bien. Elle compte plusieurs athlètes qui font de bonnes performances. « La fédération travaille de sorte que cette discipline ne disparaisse pas. Nous avons plus de cinquante clubs qui participent au championnat national. Il y a aussi notre équipe nationale qui participe aux grandes rencontres africaines. Nous sommes même revenus des jeux africains de 2018 en  Guinée Conakry avec une médaille d’or  », a-t-il affirmé.

ring 2Au-delà de ce dynamisme au niveau national, des boxeurs burkinabè évoluent dans des clubs américains et européens. Des talents qu’Abdourahame Koné et son équipe disent suivre de près. « Nous avons  Kinda et Romaric qui font de belles performances et remportent de grands prix. Ce sont nos éléments, ils ont été formés ici. On attend le moment opportun pour les inviter et organiser un match de gala avec nos amis de la sous-région », ajoute-t-il.

Un autre aspect important dont se réjouit la Fédération burkinabè de boxe est la présence de femmes. Selon son président, ils avaient fait de la relance de la boxe féminine l’un des défis qu’il devait relever. « Aujourd’hui, nos filles croisent les gants avec d’autres athlètes. Nous avons plus de 10 filles qui montent sur le ring de boxe et nous travaillons à les encourager », dit-il.   

Toutefois, la boxe burkinabè connaît aussi des limites. Ce sont essentiellement des  problèmes de moyens financiers et logistiques auxquels font fassent certains clubs qui parfois n’arrivent pas, pour ces raisons, à participer aux grands-messes nationales et internationales.

Le sport, dit-on, est un facteur de cohésion sociale. Il est également l’un des canaux par lesquels le Burkina Faso s’est fait connaître dans le concert des nations. La boxe y a énormément contribué à travers plusieurs gloires.  Des gloires que le pays peut encore produire s’il mise suffisamment sur ce secteur.

Pema Neya

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

20
Sep2019

Grillade de viande aux abords des voies : Etat d’hygiène des bouchers et de leur outil de travail

Dans la capitale burkinabè, l’aliment le plus disponible dans la rue et surtout devant les maquis, c’est bien la viande. Cela fait du Burkinabè un grand consommateur de cet aliment....

20
Sep2019

Rentrée scolaire 2019-2020 : Les élèves en classe d’examen du collège Saint-Jean-Baptiste de la Salle de Ouagadougou ont repris les cours depuis le 10 septembre

La rentrée officielle des classes 2019-2020, c’est pour début octobre 2019. Pendant que des élèves s’y préparent, d’autres dans certains établissements ont déjà commencé les cours. C’est le cas du collège Saint-Jean-Baptiste...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public