put uneLe lundi 8 juillet 2019, au lendemain de la lourde défaite de la Guinée (3-0) face à l’Algérie au cours d’un des matchs comptant pour les 8es de finale de la CAN 2019, le bureau exécutif de la fédération, avec à sa tête le président de la Fédération  guinéenne de football (Féguifoot), était en réunion de crise pour tirer des leçons de l’élimination du Sily. Lors de cette rencontre, des révélations ont été faites dont certaines, très graves, sur le sélectionneur Paul Put. Le Belge pourrait être limogé puisque Mamadou Antonio Souaré, président de la Féguifoot, écœuré, a affirmé qu’il attendait impatiemment un  rapport de Paul Put pour pendre sa décision.

La Guinée a quitté dimanche 7 juillet 2019 la compétition de la CAN 2019, loin d’avoir atteint ses objectifs de départ. «C’est vrai que nous voulions aller plus loin, et ce n’est pas ici que nous voulions nous arrêter. Le Syli est en reconstruction, donc il ne faut pas mettre tout rejeter et repartir de zéro. Il faut plutôt tirer des leçons », a indiqué Mamadou Antonio Souaré.

Et le coupable semble déjà tout trouvé puisque le bureau exécutif de la Féguifoot s’est réuni dans la matinée pour entendre durant un long moment l’encadrement technique. «J’ai exigé que l’entraîneur s’explique. Je lui ai dit qu’il y a des informations faisant cas des manquements au niveau du staff technique et il faut qu’il nous dise la vérité», a confié M. Souaré.

syli uneIl affirme avoir fait savoir au Belge lesdits manquements. Il cite à ce propos le manque d’influence du sélectionneur sur son staff technique. «Il faut le dire, Paul Put n’a pas la main sur le staff ni même sur les joueurs. J’ai été surpris de savoir que les membres du staff technique, précisément les Belges, ont déserté l’hôtel où ils étaient logés dès la fin le match contre l’Algérie. En plus, comment un entraîneur peut faire venir un joueur et refuser de lui parler pendant la compétition ? C’est une irresponsabilité notoire et c’est vraiment du jamais vu dans l’histoire du football guinéen», a lancé indigné Mamadou Antonio Souaré.

Le président de la Féguifoot a également révélé que des joueurs du Syli national sont rackettés par Paul Put. «J’ai fait comprendre à Paul Put que j’ai appris que des joueurs sont rackettés sur leurs primes. J’ai vu tous les textos envoyés aux joueurs  et les incitant à demander 30 000 euros comme primes», a-t-il ajouté.

Pour Mamadou Antonio Souaré, pourtant des dispositions ont été prises pour permettre au sélectionneur d’être dans les meilleures conditions de travail et de vie. «Avec son salaire qui se chiffre à 30 000 euros par mois, de tous les entraîneurs de notre histoire, il est le mieux payé, le mieux logé, celui qui a le meilleur traitement. Il occupe un appartement dont le loyer mensuel nous coûte six mille euros. Rien que les médicaments pour cette CAN nous ont coûté 32 000 euros », a-t-il révélé.

syli 2L’avenir de Paul Put à tête du Syli national est incertain puisqu’il doit rendre compte. «Maintenant il lui faut rendre des comptes, tous les moyens ont été mis à sa disposition mais son résultat n’est pas satisfaisant. J’ai donc demandé un rapport détaillé de la situation et il doit le faire. S’il ne prend pas ses responsabilités, nous prendrons les nôtres. Nous avons été trahis, notre football a été trahi», a dit écœuré le président de la Féguifoot.

Ainsi, Mamadou Antonio Souaré attend impatiemment le rapport de Paul Put pour prendre sa décision.

Le Belge entraîne l'équipe de Guinée depuis le 2 mars 2018 et son contrat devrait prendre fin en mars 2021. De mars 2012 à février 2015, il fut sélectionneur des Etalons du Burkina Faso. Il  a conduit le Burkina Faso en finale de la CAN 2013 jouée en Afrique du Sud. Pendant que la Guinée veut se séparer de Paul Put, le Burkina Faso cherche un sélectionneur pour  ses Etalons. En effet la Fédération burkinabè de football (FBF) a annoncé le 1er juillet 2019 que le technicien portugais Paulo Duarte, sélectionneur national de 2007 à 2012 et depuis 2016, ne serait pas reconduit en raison des mauvais résultats des Etalons à la phase des éliminatoires de la CAN 2019.

Aly Tinto (Stagiaire)

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

20
Sep2019

Grillade de viande aux abords des voies : Etat d’hygiène des bouchers et de leur outil de travail

Dans la capitale burkinabè, l’aliment le plus disponible dans la rue et surtout devant les maquis, c’est bien la viande. Cela fait du Burkinabè un grand consommateur de cet aliment....

20
Sep2019

Rentrée scolaire 2019-2020 : Les élèves en classe d’examen du collège Saint-Jean-Baptiste de la Salle de Ouagadougou ont repris les cours depuis le 10 septembre

La rentrée officielle des classes 2019-2020, c’est pour début octobre 2019. Pendant que des élèves s’y préparent, d’autres dans certains établissements ont déjà commencé les cours. C’est le cas du collège Saint-Jean-Baptiste...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public