suspension uneFaisant suite aux réponses du gouvernement, aux propositions du comité bipartite de rédaction d’un projet de statut valorisant des personnels de l’éducation, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), lors de sa conférence de presse tenue le 03 décembre 2018, a appelé ses militants à suspendre toute forme d’évaluation à compter du lundi 03 décembre 2018. Suite à cette décision, à travers un communiqué, le ministère de l’Education nationale interpelle et met en garde le personnel enseignant. Une mise en garde qui n’a, pour le moment, pas d’incidence sur le mot d’ordre de suspension.

Dès l’annonce de la suspension des évaluations, le ministère de l’Education a communiqué pour interpeller le personnel enseignant et d’encadrement au respect strict de ces prescriptions légales. En effet, selon le communiqué du ministère, « …les tâches dévolues aux personnels de l’éducation sont définies par la loi n°2013-2007/AN du 30 juillet 2007 portant loi d’orientation de l’éducation et concernent notamment les obligations d’être présents aux postes pendant les heures légales de travail, de procéder périodiquement et de façon continue à des contrôles de connaissances des apprenants et de porter les résultats de ces contrôles à la connaissance des apprenants, des parents et des autorités administratives et politiques... » Et d’ajouter : « L’inexécution partielle ou totale de ses obligations par l’agent public constitue une faute professionnelle grave. Par conséquent, le gouvernement invite le personnel enseignant et d’encadrement au respect strict de ces prescriptions légales ».

suspension 2Ce communiqué ne semble pas avoir d’effet sur la décision de la CNSE, car la suspension est effective dans certains établissements. « Les évaluations étaient prévues pour le 05 de ce mois, mais elles ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre », confie une enseignante du primaire. « Nous avons fait quelques devoirs mais les enseignants refusent de rendre les copies à cause de la suspension des évaluations », déplore une lycéenne. Toute chose qui confirme que le mot d’ordre de suspension des évaluations est effectivement suivi.

Selon le SG du SYNTER, la mise en garde du ministère ne peut d’aucune façon influencer leur mot d’ordre en ce sens qu’il n’y a pas de mot d’ordre que le syndicat lance et qui n’ait pas d’impact en termes de perturbation de l’exécution de leurs tâches quotidiennes. « Si le mot d’ordre n’a pas d’impact sur l’exécution des tâches, il ne permet pas d’atteindre les objectifs », martèle-t-il.

Pour lui, le gouvernement a intérêt à prendre la réelle mesure de la situation et à proposer des solutions qui ramèneront le calme.

Edwige Sanou

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public