Abonnez-vous à nos newsletters

lopez uneSuite à l’admission de cette activiste de la société civile dans un centre de santé pour de meilleurs soins, le Collectif  dignité et liberté pour Safiatou Lopez a donné le mercredi  05 décembre 2018 une conférence au centre national de presse Norbert Zongo. Une occasion pour ce mouvement d’indiquer que depuis l’arrestation de Dame Lopez le 29 août 2018 à son domicile à Ouaga 2000, son dossier n’a connu aucune avancée.

Après trois mois de détention à la MACO, Safiatou Zongo a été admise dans un centre de santé pour des soins car, à en croire ce collectif  qui la défend, ses conditions d’incarcération sont précaires et dégradent continuellement sa santé.  « Elle est en chaise roulante… elle ne peut pas se tenir debout. Depuis son admission pour des soins  jusqu’aujourd’hui, il n’y a pas eu d’évolution », confie Siaka Coulibaly, analyste politique et président dudit Collectif. Pour Adama Badolo, membre de ce regroupement, depuis son incarcération, aucun élément de preuve n’a été brandi par la justice contre Mme Lopez. « Nous sommes au regret de dire que la justice n’a pu apporter les éléments de l’existence d’une opération de déstabilisation qui impliquerait Lopez Zongo », souligne-t-il.

lopez 2Selon les conférenciers du jour, les accusations portées contre Dame Lopez ne sont qu’un grotesque montage et il ne s’agit, ni plus ni moins, que d’une traque politico-judiciaire,  à l’instar d’autres affaires similaires bien connues comme celles Auguste Denise Barry  et Naïm Touré. En plus d’être  détenue à la MACO en lieu et place de la MACA alors qu’elle est poursuivie par la justice militaire pour des faits supposés de complot contre l’Etat et non par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, toutes les demandes de mise en liberté provisoire de la leader d’OSC ont été systématiquement rejetées par la justice. Ce que ne manque pas de dénoncer le Collectif  dignité et liberté pour Safiatou Lopez. « Il convient de condamner fermement cette remise  en cause dangereuse des libertés individuelles, des droits de l’homme, de la démocratie et de l’Etat de droit par les autorités judiciaires, sécuritaires et le gouvernement du président  Roch Marc Christian Kaboré »,  a déclaré Adama Badolo.

En rappel, les raisons ayant présidé à l’arrestation de Dame Lopez étaient, entre autres, tentative de déstabilisation du régime  en place.

Edwige Sanou

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

22
Fév2019

Le président Kaboré dénonce un plan pour l'empêcher de travailler

Roch Marc Christian Kaboré fait un lien entre la chute de Blaise Compaoré et le déchaînement du péril djihadiste dont le but serait de l'empêcher de travailler. Il parle aussi...

22
Fév2019

Recrutement de 100 stagiaires par l’Assemblée nationale : Un agenda caché est-il à craindre ?

L’Assemblée nationale a lancé un programme dénommé « Les volontaires de l’Assemblée nationale » (VAN) au profit des jeunes étudiants le 09 février dernier. Il consistera à recruter 100 stagiaires tous les...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public