françois uneCe 5 décembre, la justice française a donné un avis favorable sur l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso. Le « petit président » du temps du régime Compaoré est mis en cause dans l’assassinat du journaliste d’investigation Norbert Zongo le 13 décembre 1998. Nous avons tendu notre micro à certains Burkinabè pour recueillir leurs impressions après l’annonce de cette nouvelle.

Selon Maurice Wali, instructeur de jeunesse et d’éducation permanente, « personnellement, je pense que c’est une bonne chose car François viendra ainsi répondre des actes qu’il a commis. Il est conscient de ce qu’il a fait, c’est la justice qui a besoin de lui et nul n’est au-dessus de la loi. Cela pourra soulager plus d’un Burkinabè, surtout les familles des victimes de crimes dans lesquels il est impliqué. J’espère que le droit sera dit sans manipulation ».

De l’avis d’Ibrahim, contrôleur de gestion d’assurance, « cette nouvelle est la bienvenue. Nous l’apprécions à sa juste valeur. Etant donné que nous sommes en matière de justice, nous attendrons le temps que les autres procédures suivent leur cours. Car il y a un pourvoi en cassation qui a été introduit par les avocats de François. Mais espérons qu’en définitive il viendra répondre de ses actes et qu’il aura droit à un procès équitable ».

Aris Bazié affirme : « La nouvelle me satisfait, mais je n’ai pas confiance en notre justice. François Compaoré sera certes extradé, mais quelque temps plus tard nous entendrons certainement dire qu’il est en liberté provisoire pour x ou y raison. Quand il sera extradé, que la justice burkinabè fasse son travail dans un délai  raisonnable ».

françois 2Selon Souleymane Lingani, «c’est avec une grande joie que j’ai appris la nouvelle. Si on arrive à le faire revenir au pays c’est bien ; comme il est poursuivi, qu’il vienne répondre de ces actes. Dans la plupart des problèmes que le Burkina Faso a vécus ces dernières années, de l’insurrection populaire à nos jours, François Compaoré a une part de responsabilité. Il a joué un très grand rôle dans les crimes qui ont plongé le pays dans une crise depuis 1998. C’est bien qu’il vienne comparaître. Si la justice l’acquitte, tant mieux. Mais nous craignons qu’à son arrivée la justice mette trop de temps à le françois 3juger, à l’image de ce qui se passe avec le jugement du putsch manqué ».

Raphaël Bazié : « On a lui demandé de revenir, qu’il se présente à la justice et réponde des faits qui lui sont reprochés. S’il est acquitté, tant mieux pour lui. Mais s’il est condamné, qu’il subisse la rigueur de la loi. Au-delà de lui, que certains ministres et autres personnes qui ont occupé des postes de haute responsabilité soient poursuivis et qu’ils répondent de leurs actes. Luc Adolphe Tiao par exemple l’a fait, qu’ils suivent son exemple. »

 

Propos recueilli par Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public