recrutement uneLors de sa dernière sortie médiatique le vendredi 30 novembre 2018, le ministre de l'Education nationale et de l’Alphabétisation, Stanislas Ouaro, a annoncé le relèvement du   niveau de recrutement des agents du préscolaire et du primaire. Ainsi, les employés de ces deux ordres d’enseignement seront désormais recrutés avec le niveau Bac et formés pendant deux ans. Une disposition que la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) juge très peu satisfaisante.

Le relèvement du niveau de recrutement des enseignants était est l’un des points de revendication de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) dans ses échanges avec le gouvernement. « C’est nous qui avions dit que la valorisation du corps passait par le relèvement du niveau de recrutement à tous les niveaux. Et c’est sur cela qu’on ne s’était pas entendu », rappelle Souleymane Badiel, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l’éducation et de la recherche (SYNTER), par ailleurs responsable à l’organisation de la CNSE. Or, la décision du gouvernement de relever le  niveau de recrutement des enseignants ne concerne que deux ordres d’enseignement, à savoir le  préscolaire et le  primaire. Pour le SG du SYNTER, qui déplore cet état de fait, le relèvement «  ne concerne que le préscolaire et le primaire. Il ne prend en compte ni le post-primaire ni le secondaire. Or, les choses se tiennent dans le domaine de l’éducation ». Et d’ajouter, comme pour expliquer l’incomplétude de cette mesure gouvernementale : « Si vous relevez à un niveau et que vous ne le faites pas concernant les autres niveaux, on va retomber à un moment donné dans la même situation ».

recrutement 2Pour le responsable à l’organisation de la CNSE, qui a tenu à rappeler que  la proposition du relèvement dont il a été fait cas plus haut  émane en réalité des syndicats de l’éducation eux-mêmes, cette disposition ne suffira pas à améliorer le niveau de l’enseignement. « Il ne s’agit pas de relever seulement le niveau de recrutement. Si on ne forme pas conséquemment les enseignants, si on n’améliore pas leurs conditions de vie et de travail, le relèvement du niveau ne suffira pas », a-t-il martelé.

De l’avis de Mahamadi Derra, enseignant, «le niveau de l’éducation au Burkina n’est pas forcément lié  à celui du recrutement des enseignants. Toutefois si l’on décide de relever le niveau de recrutement, il faut que le gouvernement  revoie également le traitement salarial de ce corps, sinon cette mesure ne  sera pas efficace ».

A l’inverse, Mme Kaboré, parent d’élève, trouve que cette mesure de l’exécutif est la bienvenue, car « cette décision pourra aider à relever le niveau de l’éducation au Burkina  une bonne fois pour toutes».

Edwige Sanou

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public