Abonnez-vous à nos newsletters

prix uneLa hausse des prix des hydrocarbures a eu des répercussions sur le chiffre d’affaires des transporteurs, des stations-service et contribué à changer les habitudes de certains consommateurs.  Cette mesure gouvernementale tant contestée impose au consommateur un réajustement de son budget pour l’adapter à la nouvelle donne.

La marche de protestation contre la hausse des prix des hydrocarbures est un signe de mécontentement de la population qui, dès cette décision, voyait poindre à l’horizon un chapelet de difficultés consécutives à cette augmentation. Stations-service, transporteurs et citoyens, chacun porte sa croix. Quelques semaines après cette décision gouvernementale, nous avons fait une sortie sur le terrain pour voir comment les différents consommateurs s’adaptent.

Le constat qui se dégage aux différents niveaux de consommation, c’est qu’il y a un changement considérable dans l’exécution des dépenses. En ce qui concerne les stations-service, une baisse de la quantité de consommation journalière des carburants est observée. Selon un gérant d’une station de la place, leur chiffre d’affaires a subi une baisse, parce que la quantité de carburant vendue par jour a beaucoup baissé. Pour ce dernier,  à la caisse comme fonds, ils ont sensiblement les mêmes montants. Mais à cause du fait que 75 F CFA doivent être déduits de chaque litre de carburant vendu, il y a une baisse remarquable  de la recette journalière. Pour les transporteurs, le bénéfice d’avant-augmentation n’est plus au rendez-vous et ils se demandent à quand la fin de ce calvaire. Abdoul Konombo, convoyeur, déclare : « Avec cette hausse, nous traversons une période très difficile. Pour un aller-retour Ouagadougou-Kokologho, il fallait 6 000 francs de carburant et nous faisions 15 000 francs de bénéfice. Mais de nos jours, il est difficile d’avoir cette marge bénéficiaire. La situation est vraiment insoutenable pour nous. Vivement que cette mesure soit levée. »

prix 2Les citoyens, quant à eux, sont obligés de planifier les déplacements par ordre de priorité. Pour Joséphine Ouédraogo, agent du Trésor public à la retraite, « actuellement avant de sortir je fais des calculs, car il faut une gestion rigoureuse des moyens financiers pour pouvoir tenir le coup ».

Sur cette question, après la marche de protestation la réponse de l’exécutif se fait toujours attendre. Mais à cette allure, il y a également de quoi craindre une augmentation des frais de transport et autres produits.

Saâhar-Iyaon Christian SOME Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

22
Fév2019

Le président Kaboré dénonce un plan pour l'empêcher de travailler

Roch Marc Christian Kaboré fait un lien entre la chute de Blaise Compaoré et le déchaînement du péril djihadiste dont le but serait de l'empêcher de travailler. Il parle aussi...

22
Fév2019

Recrutement de 100 stagiaires par l’Assemblée nationale : Un agenda caché est-il à craindre ?

L’Assemblée nationale a lancé un programme dénommé « Les volontaires de l’Assemblée nationale » (VAN) au profit des jeunes étudiants le 09 février dernier. Il consistera à recruter 100 stagiaires tous les...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public