Le Conseil des ministres, en sa séance du 8 novembre 2018, a annoncé une hausse de 75 FCFA du  prix à la pompe du Super 91 et du gasoil. L’essence passe ainsi de 602 à 677 FCFA et le gasoil de 526 à 601 FCFA. Cette hausse est diversement appréciée par les citoyens à qui nous avons tendu notre micro.

 JM

Jean Marie Ouédraogo, fonctionnaire à la retraite : « Les citoyens se plaignent déjà du manque d’argent, les jeunes ne travaillent pas et ce sont les vieux qui se débrouillent pour nourrir les familles. Si en plus cela l’essence, qui était à 602 francs, passe à 677 francs CFA, on sera obligé de diminuer la somme allouée pour la popote pour faire face à cette hausse. Même s’il est vrai que l’Etat n’a pas les moyens et qu’il cherche des sources de revenu, cette hausse des prix du carburant est mal venue. Le gouvernement aurait dû patienter un peu, le temps que les gens puissent écouler leurs récoltes et qu’ils aient un peu d’argent, ce qui leur aurait évité de trop ressentir cette hausse. De plus, il fallait que le gouvernement recueille l’avis des citoyens avant de procéder à ce renchérissement, car il n’est vraiment pas approprié.»

Un citoyen qui a requis l’anonymat : «  Je désapprouve  complètement l’augmentation du prix du carburant. Déjà que rien ne va dans notre pays, pourquoi augmenter le prix du carburant ? Et de jusqu’à 75 francs, alors qu’il n’y a déjà pas de travail ! C’est exagéré. C’est sûr qu’il y a des gens à qui  cette hausse ne pose aucun problème, mais nous autres, ouvriers, disons que ça ne va pas. L’actuel gouvernement disait vouloir faire mieux que ses prédécesseurs, mais s’il ne fait qu’augmenter les prix des produits, vraiment ça ne va pas. Quand c’est bon, on apprécie ; mais quand ce n’est pas bon non plus comme c’est le cas avec cette augmentation, il faut qu’on ait le courage de le dire. »

 Ali Zongo : « Compte tenu des longues distances que nous devons parcourir chaque jour pour venir travailler, vraiment cette hausse du prix du carburant ne nous arrange pas. Cela d’autant plus que nous sommes certains que nos employeurs n’augmenteront pas notre salaire parce que le prix du carburant aura connu une hausse. Nous demandons donc au gouvernement de revoir cette mesure pour le bien de tous. »

Daouda Tapsoba, employé de commerce : « Nous demandons au gouvernement de nous aider afin que nous puissions mettre le carburant, gérer nos petits « gombo» et nourrir nos familles. Car si le prix du carburant est élevé, c’est compliqué. Parfois, tu veux te rendre quelque part pour tes activités mais cela est impossible parce que tu n’as pas de carburant. »

AutrePierre Wadba : «  Si le prix du baril a augmenté, le gouvernement n’avait pas le choix. Néanmoins, il aurait dû penser prioritairement à la population d’autant plus que depuis que ces autorités sont aux affaires, rien ne va. Les prix des articles ne cessent d’augmenter, l’argent ne circule pas. Il y a même des gens qui regrettent d’avoir participé à l’insurrection populaire  de 2014 parce qu’ils trouvent qu’auparavant, la situation était plus tenable qu’actuellement. »

Mme Ouangrawa, gérante de kiosque : «  L’augmentation du prix du carburant ne plaît à personne. A cause de cette hausse, le coût de tous les articles va aussi augmenter : le prix du sucre, de l’huile, du riz, cela parce que le prix du transport va également connaître une augmentation. Nous invitons les autorités à revoir les choses, parce que la vie est devenue très dure. »

Propos recueillis par Edwige Sanou et Armelle Ouédraogo

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public