Abonnez-vous à nos newsletters

votation uneS’il y a eu une question qui a alimenté les débats politiques en 2018 au sujet des élections à venir, c’est bien la participation des Burkinabè de l’extérieur aux scrutins de 2020. Si dans son ensemble la classe politique s’est accordée sur ce principe et que la Commission électorale nationale indépendante a déterminé les documents de votation à ces élections, force est de reconnaître que la finalisation de la liste électorale reste l’un des enjeux déterminants pour la tenue effective de ces élections. 

Pour l’Opposition politique, le vote des Burkinabè de l’étranger ne doit pas être lié à des spéculations politiques sur le sens éventuel de leur vote. Il n’y a aucune raison que le Burkina Faso ne puisse pas faire ce que des pays comme le Sénégal, le Mali, la Guinée, et beaucoup d’autres pays africains font depuis des décennies. Elle a d’ailleurs transmis ses observations au gouvernement. Entre autres choses, l’Opposition politique a exigé que le nouveau code soit expurgé des dispositions de la loi portant exclusion des citoyens qui auraient soutenu la révision de l’article 37 de la Constitution. Aujourd’hui, c’est chose faite car cet article a fait l’objet de suppression Code électoral. Ce qui reste comme zone d’ombre à clarifier de nos jours, c’est bien la question du fichier électoral qui tarde à voir le jour. Or, la crédibilité d’une élection dont les résultats seront acceptés de tous dépend de celle-ci. Pour une première fois que le Burkina Faso s’apprête à expérimenter le vote de ses ressortissants de l’extérieur, un enrôlement biométrique est en cours pour déterminer le potentiel électoral de l’extérieur. A ce sujet, la Commission électorale nationale indépendante estime à deux millions cinq cent mille l’effectif des votants, avec une probabilité d’un million cinq cent mille votants au niveau de la Côte d’Ivoire, soit plus de 50% du potentiel.

A ce niveau il faut signaler que l’une des conditions que fixe l’opposition pour la bonne participation des Burkinabè de l’extérieur est la mise en place de plusieurs bureaux de vote en vue de faciliter le vote des Burkinabè de l’étranger. Pour que ces conditions soient remplies, la loi n° 035-2018/ AN du 30 juillet 2018 faisant office de Code électoral du Burkina Faso dispose que pour permettre l’ouverture d’un bureau de vote à l’étranger, la juridiction diplomatique doit compter au moins cinq cents (500) Burkinabè immatriculés, c’est-à-dire âgés de dix-huit ans au moins, donc en âge de voter, à qui l’ambassade ou le consulat général a effectivement délivré des cartes consulaires.

votation2Si jusqu’à présent ce fichier électoral n’est toujours pas connu, peut-on dire que le débat au sujet du vote des Burkinabè de l’extérieur est clos ? Même si la situation sécuritaire est une priorité pour les Burkinabè cette question mérite d’être tranchée avant 2020. Car elle divise la classe politique. En ce qui concerne les documents valables pour les scrutins à venir, la Carte nationale d’identité en cours de validité, de même que le passeport font office de carte d’électeur.

Pour les uns, les Burkinabè de l’extérieur ne peuvent être ignorés. Pour les autres, c’est la politisation de la diaspora qui les inquiète. Pour ceux-ci, les partis politiques ne doivent pas diviser les ressortissants burkinabè à l’étranger sur la base de considérations partisanes. D’autres vont loin en pointant du doigt une fraude massive qui serait en gestation en Côte d’Ivoire du régime défunt.

Au vu de tout cela, il est donc important que la liste électorale soit vite publiée afin que les différentes ambassades devant abriter les bureaux de vote soient connues pour que les partis politiques puissent mieux affûter leurs armes.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

22
Jui2019

Après-pluie à Ouagadougou : fortunes diverses pour les résidents de certains quartiers

Après chaque grande pluie dans la capitale burkinabè, l’ambiance rompt avec le train-train quotidien. En effet, nombreux sont les citadins qui, de gré ou de force, changent un tant soit...

22
Jui2019

Crise au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Mahamadi Kouanda sort les griffes contre Eddie Komboïgo

Une crise secoue l’ex-parti au pouvoir, le CDP, depuis quelque temps. Les divergences se sont même accentuées avec l’annulation d’un congrès extraordinaire qui devait se tenir samedi dernier, suite à...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public