Abonnez-vous à nos newsletters

unaaLa problématique de la réduction du train de vie de l’Etat est une préoccupation pour bon nombre de Burkinabè, qui entendent que les institutions  relevant des pouvoirs exécutifs, législatif et judiciaire y apportent  des solutions durables. Cela, conformément à cette quête de gouvernance économique d’efficacité et d’efficience dans la gestion des affaires publiques.

Depuis l’insurrection populaire en 2014 au Burkina Faso, la population a toujours réclamé une réduction du train de vie de l’Etat afin que les richesses du pays soient équitablement réparties. Pour plusieurs personnes, cette mesure ne concerne que les  hauts dignitaires du pays. Or, le concept de l’Etat est plus large qu’on le pense. Lors de la prise de fonction du Premier gouvernement Christophe Marie Joseph Dabiré, le chef du gouvernement a déclaré que la réduction du train de vie de l’Etat serait effective et toucherait toute l’administration publique. Selon Christophe Dabiré, les missions et ateliers délocalisés de manière inopportune, par exemple, ne seront plus permis au même titre que les avantages des ministres et assimilés. Si telle est la volonté au haut sommet de l’Etat, nombreux sont ceux qui n’ont pas encore intégré cette donne comme les concernant aussi. Depuis 2015, le ton a été donné par la Transition qui a pris des mesures d’austérité. Pour le ministre Jean Gustave Sanou de l’Economie et des Finances d’alors, ces mesures ont un but pédagogique pour les générations présentes et futures en termes de gestion du bien public. Mais dans l’immédiat, ce sont des économies budgétaires qui seront réalisées.  

Trois années après, cette mesure est en souffrance et pire, le nivellement par le bas est brandi par une majorité de travailleurs de la fonction publique qui, jour et nuit, réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail, pendant qu’aucun de ces salariés ne veut voir ses acquis  remis en cause, et crie à une « gabegie » des membres du gouvernement  et des parlementaires.

Saâhar-Iyaon Christian Somé Békuoné

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

21
Aoû2019

Bornes-fontaines dans la ville de Ouagadougou : Des gérants en apprécient différemment la gestion

Dans la capitale burkinabè, l’Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA) construit des bornes-fontaines pour fournir de l'eau potable aux populations défavorisées qui n'ont pas les moyens d'installer un...

21
Aoû2019

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : Hermann Yaméogo et Léonce Koné victimes de leurs opinions politiques, selon Me Antoinette Ouédraogo

Me Antoinette Ouédraogo, ancien bâtonnier,  a plaidé en cette matinée du 21 août devant le tribunal militaire de Ouagadougou, afin que soient acquittés ses clients Hermann Yaméogo et Léonce Koné,...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public