Abonnez-vous à nos newsletters

religion uneLe mariage interreligieux est celui qui unit deux personnes de confessions différentes. Les couples qui vivent ce type d’union, pas toujours accepté par les familles et les communautés religieuses, sont souvent confrontés à nombre de difficultés et doivent faire face à certains préjugés. Néanmoins ils consentent, chacun à son niveau, des efforts pour que l’amour triomphe toujours. Irène Sawadogo et son époux sont arrivés, à force de concessions, à surmonter l’obstacle de la différence religieuse et à construire un foyer paisible et solide. Mme Sawadogo s’est confiée à Radars infos Burkina. Lisez plutôt.

«Mon époux et moi sommes mariés depuis cinq ans et nous sommes de confessions différentes. Lorsque nous nous sommes rencontrés, la religion n’a jamais été un obstacle. On s’aimait et pour nous, c’était le plus important. Mais c’est quand nous avons voulu officialiser notre union que les difficultés ont commencé à se présenter. Lorsque nous faisions les présentations de familles, les parents de mon futur époux lui disaient qu’il fallait que je me convertisse à sa religion. Bon nombre de ses frères et cousins ont épousé des femmes d’autres religions qui ont fini par se convertir. De mon côté aussi, mes parents étaient catégoriques : ils ne me voyaient pas changeant de religion. Ils étaient d’accord qu’on se marie mais à condition que chacun ait la liberté de continuer à pratiquer sa religion. Avec mon conjoint, il n’y a pas eu de difficultés particulières parce que dès le début on a discuté et on a été clair : chacun reste dans sa religion et chacun respecte la religion de l’autre. Les problèmes, c’est surtout au niveau de la grande famille. Quand tu leur rends visite,  ils ont tendance à avoir un œil sur ce que tu portes, il y en a qui trouvent que ce que tu portes est court ou osé pour une femme mariée. Et comme j’ai refusé de me convertir, on a fini par me coller l’étiquette de rebelle et d’insoumise. Mais ce ne sont pas des détails sur lesquels je m’attarde ; je m’efforce de ne pas les frustrer et je ne réplique pas lorsqu’on me fait des reproches.

religion2Avec mon mari, chacun vit sa foi sans problème. Nous sommes présents l’un pour l’autre. Il faut savoir encourager l’autre dans sa religion. Dans mon cas, lorsque mon mari oublie de prier je le lui rappelle, ou encore je l’accompagne quelquefois durant le carême, histoire de l’encourager. De son côté aussi, il me dépose souvent à la prière et revient me chercher à la fin, et lorsqu’il voit que je veux esquiver la prière il me rappelle à l’ordre. Mais ce qui me chiffonne un peu, c’est que les autres ont l’impression qu’il y a un petit truc qui manque dans notre foyer, simplement parce qu’on n’a pas les mêmes croyances. Il y a des sujets par exemple qu’on évite d’aborder, pour ne pas blesser l’autre dans sa foi. Mais chacun essaie de faire de son mieux.

Pour ce qui concerne nos enfants, nous leur laisserons la liberté de choisir la religion et nous les accompagnerons au moment opportun. Le plus important pour mon époux et moi, c’est qu’ils aient la crainte de Dieu et soient dans le droit chemin, peu importe la religion. A ce niveau, je me souviens que pendant le baptême de notre fils, chacun de nous deux a choisi un prénom pour l’enfant et logiquement j’ai proposé un prénom en rapport avec ma religion. Et le jour-j quand on a annoncé les deux prénoms au cours de la cérémonie, j’ai senti un mécontentement de la part de ma belle-famille. S’agissant des fêtes, nous les célébrons toutes, on ne fait pas de différences.

A mon avis, la religion ne devrait pas être un obstacle pour deux personnes qui s’aiment et veulent s’unir pour la vie. Je préconise aux couples qui sont dans la même situation que mon époux et moi de ne pas faire de la religion un problème. Les convictions religieuses ne doivent pas être un frein à la relation de deux personnes qui s’aiment. Si le couple s’aime vraiment, c’est à lui d’amener les familles respectives à accepter sa relation et à comprendre les choses ».

Armelle Ouédraogo (Stagiaire)

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

20
Avr2019

Mycoses du siège chez le nourrisson : comment les prévenir et surtout en venir à bout

Une mycose est une infection provoquée par le développement de minuscules champignons dans une partie de l'organisme. Il existe autant de mycoses que de champignons. Les mycoses peuvent toucher de...

20
Avr2019

L’agriculture de contre-saison au Burkina : un espoir pour l’autosuffisance alimentaire

L’agriculture est un secteur important de l’économie burkinabè dans la mesure où elle contribue pour 35 à 40% au PIB. Occupant plus de 80% de la population, elle contribue partiellement...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public