tyuLe 29 septembre prochain à partir de 8 heures, l’opposition politique burkinabè va battre le pavé pour montrer son mécontentement au pouvoir du MPP et de ses alliés qui selon elle ne répond pas aux attentes de la population et s’enfonce dans une gestion chaotique du pouvoir d’Etat. Cette journée de protestation se fera sous forme de marche-meeting à partir de la place de la révolution. C’est la déclaration faite ce mardi 04 août 2018 par Zéphirin DIABRE, chef de file de l’opposition politique burkinabè. A travers cette marche, l’opposition veut sonner la fin de la récréation, car pour elle le gouvernement de Roch Marc Christian KABORE s’amuse avec l’avenir du pays des hommes intègres qui a vu l’espoir d’un changement réel né de l’insurrection populaire d’octobre 2014 s’éteindre avec la gouvernance du régime KABORE.

 

tyFinies les déclarations et les conférences de presse de mécontentement maintes fois organisées par l’opposition politique pour ramener le train du MPP sur les rails. Face à l’inertie du pouvoir en place quant à la résolution des préoccupations des populations, Zéphirin DIABRE et ses paires veulent passer à une étape supérieure afin d’ouvrir les yeux du régime de Roch Marc Christian KABORE. C’est à ce petit-déjeuner donc que la presse nationale et internationale a été conviée ce mardi 04 août 2018 au siège du CFOP.

A cet effet, une journée de protestation est prévue le 29 septembre prochain à la place de la révolution afin de dénoncer la gestion chaotique du Burkina post-insurrectionnel par le régime KABORE. Sous forme de marche-meeting, cette journée où l’opposition veut montrer son ras-le-bol est pour elle la formule adéquate trouvée pour faire sortir le MPP de son sommeil profond.

deZéphirin DIABRE et ses camarades sont convaincus que le salut du peuple burkinabè n’est pas pour demain avec cette mode de gouvernance du MPP. En effet, pour eux, Roch Marc Christian KABORE « la réponse » n’a pas pu depuis son investiture apporter des solutions réelles face aux équations du moment. Bien au contraire, pour l’opposition sa gestion du pouvoir d’Etat n’est que la pire reproduction des démons du passé. Elle en veut pour preuves la misère et la précarité qui va grandissant, la baisse continue du pouvoir d’achat des ménages face à une flambée constante des prix des denrées de base et du coût de la vie, mettant à mal la situation des travailleurs salariés, la crise accentuée du logement marquée par la démission de l’Etat de ses prérogatives sur le foncier, dont les lotissements, au profit de prédateurs et de spéculateurs sans noms, la recrudescence des attaques terroristes, l’accroissement du chômage, la corruption et le népotisme comme moteur de gouvernance avec comme conséquences l’accaparement, la politisation de l’administration et la perversion de la démocratie, la mise en cause des libertés fondamentales, l’instrumentalisation, l’inertie de l’Etat face à l’incivisme qui va crescendo, l’esprit de division qui anime le MPP et ses alliés, l’économie nationale en panne sèche et le déficit grave des finances couronnés par un PNDES qui peine à se traduire en actions concrètes pour le développement et le bien-être des Burkinabè. C’est aussi avec amertume que l’opposition dit constater que la justice burkinabè est à la solde du politique, faisant d’elle, « un instrument de persécution des adversaires  et de conclusion de deals politiques ».

Toute chose qui convainc le CFOP que le mi-mandat du MPP est sans résultat et étouffe le peuple burkinabè dans sa marche vers un Burkina Faso apaisé résolument engagé vers le développement et la bonne gouvernance.

En tout état de cause, pour l’opposition, le MPP a pour l’heure échoué d’autant plus que ses promesses de campagnes peinent à se transformer en réalisations. C’est pourquoi, le 29 septembre prochain, elle appelle toutes les forces vives de la Nation, les jeunes, les femmes, les anciens, les OSC, les partis politiques, les syndicats, les commerçants, les leaders d’opinion, les différentes couches socioprofessionnelles à sortir massivement à la place de la nation pour remettre le MPP sur les rails.

 

Candys Solange PILABRE/ YARO

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public