abdelazizPour la quatrième fois consécutive, les Algériens se sont rassemblés en masse vendredi dans les principales artères d’Alger. Ils protestent contre le maintien au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika.

Munis de pancartes, les milliers de manifestants, dans une ambiance festive, ont manifesté pacifiquement sous forte escorte policière.

"On voulait des élections sans Boutef', on se retrouve avec Bouteflika sans élections", a par exemple écrit sur une pancarte un des contestataires.

"Les slogans sont toujours presque les mêmes, bien qu'ils aient évolués. On ne parle plus du cinquième mandat. On parle d'un non à la prolongation du quatrième mandat. Et il y a aussi la dénonciation de certaines positions des pays étrangers comme les Etats-Unis ou la France par rapport à la situation algérienne. On dénonce également la violation de la Constitution en arabe, en français, en anglais, en allemand", témoigne Fayçal Métaoui. Le journaliste algérien au site d'information Tout sur l'Algérie à couvert pour le compte de son organe de presse cette manifestation.

Persévérance

Des observateurs s’attendaient à un affaiblissement du mouvement de contestation. Il a au contraire pris de l’ampleur, ont constaté plusieurs témoins joints par la DW.

Pour le politologue Mohamed Tozy, la résistance du mouvement à l'essoufflement démontre la pugnacité du peuple algérien : "La ruse du pouvoir n'a pas marché. Le changement de Premier ministre (Noureddine Bedoui) et même la promesse de ne pas se présenter n'ont pas convaincu les gens. Il s'agit vraiment d'un mouvement social qui n'a pas de leader mais qui est très enraciné, qui n'est pas circonscrit uniquement à Alger mais qui est dans toutes les petites villes du pays. Cela atteste à la fois du changement profond de la société algérienne et surtout d'une demande de liberté, de dignité et de démocratie."

Oran et Constantine se mobilisent aussi

Au-delà de la capitale, la mobilisation a également été forte à Oran et Constantine, respectivement deuxième et troisième villes du pays.

Il reste en revanche difficile de présager l'issue de cette révolte populaire dont les résultats, à l'image de la Tunisie et de l'Egypte, pourraient être confisqués par la classe politique.

Source : https://www.dw.com/fr/les-alg%C3%A9riens-exigent-la-d%C3%A9mission-dabdelaziz-bouteflika/a-47940373

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

21
Mar2019

Migration irrégulière : la jeune chambre internationale universitaire Ouaga soleil outille les jeunes pour des changements positifs

Ce jeudi 21 mars 2019, s’est déroulé le 2e forum universitaire des jeunes sur la migration irrégulière. C’est sur le thème « le rôle des Etats dans la gestion des flux migratoires »...

21
Mar2019

Bouillons dans les repas : ce tueur silencieux qui se cache dans nos cuisines

Les bouillons, ce petit ingrédient tant convoité en Afrique par les femmes, dont elles ne peuvent pas se passer en cuisine, ne sont pas vraiment recommandés pour une question d’hygiène...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public