conseil constituC’est une affaire de fuite de documents à la CENA qui alimente l’actualité. Des personnalités ont été auditionnées. Parallèlement, la Cour constitutionnelle a rejeté les dossiers de trois partis de l’opposition.

Les rebondissements se succèdent en cette période préélectorale au Bénin. Le Président de l’Assemblée nationale, occupé par une plénière, n’a pu se rendre mardi à la brigade criminelle. Il a dû être entendu à son domicile par la police judiciaire. A la base, une affaire de soustraction frauduleuse de documents de la CENA dont l’un des commissaires se trouve être le fils d’Adrien Houngbédji.

Le Président de cette institution, Emmanuel Tiando, a, à son tou, été convoqué par la brigade criminelle.

"Il y avait cette candidature de Monsieur Aklassato qui ne comportait pas une carte d’électeur en son nom. La brigade criminelle nous a demandé de donner le dossier. Or, c’est le commissaire Houngbédji qui détient les clés des cantines. Je lui ai demandé de venir et il a refusé sans me donner aucune raison valable."

La crainte des populations

 Les citoyens, espèrent un dénouement rapide de cet imbroglio.

"Ça ne va pas dans le pays. Nous sommes fatigués. C’est déplorable, tout ce qui se passe là. Tout est mélangé, vraiment on n’est même plus en sécurité."

"Nous sommes toujours dans un Etat de droit. Etant dans un pays démocratique, personne n’est au-dessus de la loi."

Pour certains Béninois, la situation est "explosive". "C’est le processus électoral qui est complètement dans l’impasse. Il est normal que l’opposition ne l’accepte pas, mais en plus les populations qui les soutiennent."

D’autres expriment leurs préoccupations : "Il y a tellement de tensions. Et c’est vraiment dommage pour le Bénin qui a toujours été un exemple de démocratie dans la sous-région. Toute la souffrance que connaît la population aujourd’hui, c’est assez préoccupant."

"On a peur que ça se passe mal parce que les gens finiront par se révolter s’ils ne se retrouvent pas dans leurs droits. Il faudrait qu’on évite ça."

Pour l’instant, rien d’officiel ne filtre de l’audition des personnalités.

Par ailleurs, la Cour constitutionnelle a délibéré mardi nuit quant au recours de trois partis de l’opposition. Il en ressort la confirmation du rejet par la CENA des dossiers de candidature de Moelle-Bénin ; l’Union Sociale Libérale, USL et le Parti du renouveau Démocratique, PRD.

Source : https://www.dw.com/fr/b%C3%A9nin-une-instabilit%C3%A9-politique-exceptionnelle/a-47884594

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

25
Mai2019

Vote des Burkinabè de l’étranger : A quand le fichier électoral définitif ?

S’il y a eu une question qui a alimenté les débats politiques en 2018 au sujet des élections à venir, c’est bien la participation des Burkinabè de l’extérieur aux scrutins...

25
Mai2019

Hygiène des mains : une pratique nécessaire pour éviter les infections

Les mains sont le canal privilégié par lequel les bactéries se transmettent d’une personne à une autre ou suite à un contact avec une surface contaminée. En effet, 80% des...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public