algeriaLe message diffusé à la télévision nationale a annoncé le retrait de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, le report de la présidentielle et l'organisation d'un forum de dialogue national pour organiser la transition.

Preuve que les mesures annoncées par la présidence sont loin de calmer la situation, des milliers d'étudiants ont encore manifesté mardi dans le centre d'Alger.

Ils dénonçaient une "ruse" du président Abdelaziz Bouteflika pour se maintenir au pouvoir.

En effet, le message lu à la télévision nationale comporte une série de sept décisions avec, entre autres, le report de la présidentielle, initialement fixée au 18 avril, une conférence nationale inclusive chargée de proposer une nouvelle Constitution et un nouveau calendrier électoral.

Le message indique surtout que le président Abdelaziz Bouteflika renonce à un cinquième mandat. Mais cela peine à convaincre Said Salhi, le vice-président de la ligue algérienne des droits de l'homme.

"C'est-à-dire que le président s'arrange d'abord un mandat en dehors de la Constitution car ce n'est pas prévu par la Constitution. Et puis est-ce que le président aujourd'hui dans son état de santé, dans son incapacité, est-ce qu'il est en mesure aujourd'hui, est-ce qu'il a la légitimité aujourd'hui pour piloter cette période ? Moi, je dis non !", lance-t-il.

La rue maintient la pression

La pression risque donc de ne pas retomber car les Algériens se rendent compte que le régime veut rester maître de la transition. La contestation réclame en effet le départ de tout un système sclérosé après 20 ans de pouvoir et rongé par une lutte interne.

Un conflit ouvert au Parlement a ainsi récemment abouti à la destitution de Saïd Bouhadja, président de l'institution. Aujourd'hui, il se dit toujours président légitime du Parlement.

"Le président Bouteflika, vous savez qu'il est malade. Il ne peut quand même pas tout contrôler ! Le président est malade, tout le monde vise sa succession ! Moi, mes adversaires sont connus ! C'est le secrétaire général du FLN !", assure-t-il. 

Tous les regards sont tournés vers vendredi. Selon les observateurs, la mobilisation du quatrième vendredi consécutif de manifestations, le 15 mars prochain, dira si les propositions de la présidence ont réussi ou non à calmer la contestation.

Source : https://www.dw.com/fr/lannonce-de-bouteflika-ne-rassure-pas-les-alg%C3%A9riens/a-47873807

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

25
Mai2019

Vote des Burkinabè de l’étranger : A quand le fichier électoral définitif ?

S’il y a eu une question qui a alimenté les débats politiques en 2018 au sujet des élections à venir, c’est bien la participation des Burkinabè de l’extérieur aux scrutins...

25
Mai2019

Hygiène des mains : une pratique nécessaire pour éviter les infections

Les mains sont le canal privilégié par lequel les bactéries se transmettent d’une personne à une autre ou suite à un contact avec une surface contaminée. En effet, 80% des...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public