boutefLe président sortant promet des élections anticipées en cas de victoire ainsi qu'une nouvelle Constitution. Ces promesses ne convainquent ni les manifestants ni l'opposition.

"C'est au peuple algérien qu'il appartient de choisir ses dirigeants et de décider de son avenir" : voilà comment le porte-parole du Quai d'Orsay a réagi à l'annonce de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, en dépit des vagues de protestations.

Une lettre au peuple

Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans et actuellement en Suisse pour suivre des soins, a adressé une lettre au peuple algérien dans laquelle il prend plusieurs engagements en cas de victoire à la présidentielle du 18 avril. Une lettre dont le contenu a été dévoilé sur la chaîne de télévision publique.

"La tenue, juste après l'élection présidentielle, d'une conférence inclusive et indépendante pour débattre, élaborer et adopter des réformes rénovatrices de l'Etat algérien. L'organisation d'une élection présidentielle anticipée."

Ainsi que la promesse de ne pas se présenter aux élections à venir.  Se porter candidat, donc, pour ne plus se représenter. Voilà qui laisse de nombreux Algériens sceptiques. En particulier ceux qui sont favorables à des changements en profondeur du système, à la lutte contre la corruption et à une relance de l'économie.

D'ailleurs, "Bouteflika dégage" reste un slogan scandé dans les rues des grandes villes du pays où des milliers de jeunes Algériens ont continué à manifester ce mardi : à Alger, Oran, ou même Béjaïa, en Kabylie.

Abdelaziz Bouteflika est au pouvoir depuis 1999. Lors du dernier scrutin, en 2014, il était déjà affaibli mais l'armée et les hauts fonctionnaires avaient échoué à tomber d'accord sur le nom d'un successeur de consensus.

Ali Benflis, ancien Premier ministre, est l'un des principaux rivaux du président sortant. Il espère beaucoup de la contestation actuelle.

"Le peuple algérien a enfin abattu le mur de la soumission et au fait accompli que le pouvoir en place ne va plus pouvoir lui imposer indéfiniment."

Ali Benflis rejette les propositions formulées par Abdelaziz Bouteflika qui décrédibilisent le scrutin, selon lui. Il a décidé de retirer sa candidature pour dénoncer ce qu'il assimile à une mascarade électorale.

Source : https://www.dw.com/fr/les-alg%C3%A9riens-toujours-dans-la-rue-malgr%C3%A9-les-engagements-de-bouteflika/a-47783889

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

21
Mar2019

Migration irrégulière : la jeune chambre internationale universitaire Ouaga soleil outille les jeunes pour des changements positifs

Ce jeudi 21 mars 2019, s’est déroulé le 2e forum universitaire des jeunes sur la migration irrégulière. C’est sur le thème « le rôle des Etats dans la gestion des flux migratoires »...

21
Mar2019

Bouillons dans les repas : ce tueur silencieux qui se cache dans nos cuisines

Les bouillons, ce petit ingrédient tant convoité en Afrique par les femmes, dont elles ne peuvent pas se passer en cuisine, ne sont pas vraiment recommandés pour une question d’hygiène...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public