tilapia 1Par un arrêté interministériel, datant du 18 janvier 2018, le gouvernement burkinabè a décidé de l’interdiction provisoire de l’importation et de la vente de poissons tilapia sur l’ensemble du territoire national. Il faut préciser qu’il s’agit des tilapias en provenance de la Colombie, de l’Equateur, de l’Egypte, d’Israël et de la Thaïlande.

 

Après la République démocratique du Congo (RDC), en mi-août, le Bénin, le 28 août et la Côte d’ivoire en début septembre 2017, c’est au tour du Burkina Faso, d’interdire temporairement l’importation et la commercialisation de tilapias en provenance de cinq (5) pays. Il s’agit de la Colombie, de l’Equateur, de l’Egypte, d’Israël et de la Thaïlande. Selon la Direction générale des ressources halieutiques que nous avons jointe au téléphone, cette interdiction a un caractère préventif et dissuasif. Pour le moment, apprend-on, le Burkina Faso n’importe pas de poissons de ces pays. Cette interdiction a essentiellement pour objectif de protéger les tilapias sauvages et d’élevage, présents dans les eaux burkinabè, de la propagation du virus de lac du tilapia (TiLV).

La maladie chez les tilapias dont il est question est causée par un virus ‘’Tilpia Lake Virus’’ (TiLV) encore appelé ‘’virus du Lac tilapia’’. Selon la FAO, elle peut causer une mortalité pouvant atteindre 90% chez cette espèce de poisson. Cette maladie, même si elle entraîne une forte mortalité chez les tilapias, ne se transmet pas à l’homme, car ce n’est pas une zoonose, précise la FAO.

 La Chine, premier producteur au monde de ce poisson, est aussi le principal fournisseur du Burkina Faso. Mais pour l’instant,  ni la Chine, ni la production locale ne sont touchées par le virus, rassure la direction générale des ressources halieutiques. Aussi, insiste-t-elle sur le fait que l’interdiction ne concerne pas pour le moment la consommation. Les Burkinabè malgré donc cette interdiction, ne doivent pas changer leur habitude alimentaire.

tilappia

Cette mesure sanitaire et préventive survient un peu plus de neuf (9) mois après l’alerte lancée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur la présence du virus TiLV ; un virus mortel qui infecte le tilapia, un des poissons les plus apprécié et consommé au Burkina Faso et dans le monde.

L’arrêté stipule que conformément aux dispositions relatives à la police zoosanitaire, tout contrevenant verrait la saisie et la destruction de ses produits, mais sans préjudice des poursuites et sanctions comme le prévoit la réglementation en vigueur au Burkina Faso.

En rappel, le tilapia est un poisson d’eau douce, une sorte de carpe tropicale. Sa croissance rapide et sa résistance en font un excellent poisson d’élevage. C’est pourquoi, il est plébiscité dans de nombreux élevages piscicoles d’Afrique, en l’occurrence au Burkina Faso, où la demande en poissons est forte en dépit du fait que le pays n’a pas de débouchée maritime.

Outre cette contamination au virus TiLV, le poisson importé a toujours posé, un problème de sécurité alimentaire, car sa conservation est faite à base de produits chimiques qui ne sont pas sans conséquences sur la santé humaine.

 

Candys Solange PILABRE/ YARO

 

 

 

 

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

16
Oct2018

Administration douanière burkinabè : Le SYNATRAD dénonce une prise en otage de l’administration qui pourrait conduire à une déliquescence de la douane

Le Syndicat national des travailleurs des douanes (SYNATRAD) s’insurge contre le comportement de certains agents de l’administration douanière, qui à dessein bloquent les nominations, parce qu’exigeant des modifications avant la...

21
Jui2018

Le maraîchage au Burkina : Un secteur porteur toujours en deçà de la demande des populations

Le Burkina a adopté la culture de contre-saison comme une alternative à la promotion de l’autosuffisance alimentaire. A Ouagadougou, beaucoup de familles vivent de ce maraîchage périurbain, mais  souffre du...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2018 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public