manwdoé

En 2000, s’est formé au Burkina Faso l’un des meilleurs groupes africains de hip-hop. La renommée de Yeleen, puisque c’est de cette formation musicale qu’il s’agit, a traversé les frontières du Burkina, le propulsant sur la scène sous-régionale et même internationale.  Il remporte ainsi en 2007 le trophée  du meilleur artiste burkinabè qu’est le Kundé d’or.  Mais en 2011, contre toute attente, le groupe se disloque, brisant de ce fait le cœur de milliers de  fans qui, 9 ans après, ne s’en sont toujours pas  remis et continuent  de réclamer la reconstitution du duo. La plus célèbre de ces médiations, c’est celle menée sans succès par le célèbre lead vocal du groupe Magic Système, Asalfo.  Radars info Burkina est allé à la rencontre de Mawndoé, l’un des membres  du groupe résidant au Tchad depuis sa dislocation, lequel était de passage à Ouagadougou. Il revient dans les lignes qui suivent sur ses liens avec Smarty, son binôme  de l’ex-groupe Yeleen.

« J’ai rencontré Smarty au Burkina et ensemble, nous avons décidé de former notre groupe, c’est-à-dire Yeleen, au début des années 2000. Je dois d’ailleurs préciser qu’à l’origine,  je suis artiste sculpteur. Je résidais au Tchad, mon pays d’origine, mais séduit comme de nombreux jeunes par l’action de Thomas Sankara, je rêvais de découvrir le pays du père de la Révolution burkinabè. Pour moi, le  Burkina était un eldorado ; c’était comme aller  en Europe. » Tels sont les propos de Célestin Mawdoé (Ndlr : c’est son nom à l’état civil) à l’entame de notre entretien. Précisant les circonstances de sa rencontre avec Smarty,  il raconte que leur premier contact  s’est fait de façon fortuite dans l’un des tout premiers groupes  de hip-hop au plan national connu à cette époque sous le nom d’ « Attentat ». C’était un groupe musical dans lequel il n’était que simple choriste et Smarty  faisait également partie du collectif. «Nous nous sommes vite démarqués des autres  par notre talent. C’est alors que nous avons  décidé de composer une chanson ensemble. En moins d’un an, nous nous sommes imposés, on nous  invitait partout, même sur Radio Burkina où on nous a demandé si nous étions un groupe. C’est ainsi que l’idée de créer le  groupe Yeleen nous est venue, mais je précise qu’à l’origine, notre rencontre n’était qu’artistique ; c’était un projet artistique, car humainement on ne se connaissait pas mais il  y avait un langage artistique qui nous liait », raconte l’artiste musicien et sculpteur qui réside maintenant au Tchad.

A la question de savoir s’il est insensible à l’appel de leurs fans de voir le groupe Yeleen se reconstituer, Mawndoé répond qu’il n’a aucun problème avec Smarty : « On nous demande de nous réconcilier comme si nous étions en guerre. Si demain j’ai un projet avec Smarty  ou Imilo  Lechanceux, je le ferai ;mais que ceux qui veulent nous voir ensemble coûte que coûte essaient de comprendre notre liberté également. » Selon l’artiste, le désir de certains de leurs fans de voir se reconstituer le duo Yeleen vire même parfois aux injures et à des menaces proférées par quelques-uns d’entre eux qui ne semblent pas tenir compte de leur liberté. Pourtant, lui et Smarty n’ont pas de problème. Il raconte à ce propos sa récente rencontre avec Smarty au Festival des musiques urbaines d’Anoumambo (FEMUA)  à Abidjan où, après sa prestation, Smarty l’a rejoint sur scène sans intervention extérieure et ils ont joué ensemble.  Il précise que cette liberté qu’ils  recherchent tous les deux.

« Si aujourd’hui un promoteur décide de nous produire en concert live tout en respectant les termes du contrat, j’insiste car nous avions rempli le stade municipal sans recevoir un sou, voilà la réalité de certains promoteurs au Burkina ils vont vouloir que ce soit sur la base de l’amitié, et donc si un promoteur le décide en respectant les normes en ce qui me concerne ce sera avec plaisir que je vais jouer avec Smarty », a-t-il ajouté.

Mawndoé, bien que résidant désormais au Tchad où il poursuit sa carrière et développe ses projets,  reste attaché au pays des hommes intègres. «  Au Tchad on me considère comme un ressortissant burkinabè résidant au Tchad. Ainsi,  quand il y a des mariages où d’autres cérémonies de la diaspora burkinabè là-bas, c’est moi qui suis en  tête comme Burkinabè  pour les démarches », affirme-t-il.

Quant à ses liens avec ses collègues, il précise qu’il entretient de bonnes relations avec les artistes burkinabè, notamment Smokey, dont il est même le parrain du fils.

En attendant qu’un promoteur professionnel veuille bien réunir sur une même scène Smarty et Mawndoé en vue d’une prestation  en live pour le bonheur de leurs nombreux fans, les nostalgiques du groupe Yeleen  continuent d’espérer. Mais pour l’heure, Mawndoé vit au Tchad et Smarty au Burkina Faso. 

Neya Pema (Stagiaire)

 

Présentation

RADARS INFO BURKINA est un site multimédia d’information générale dont la ligne éditoriale est axée sur les droits humains, la bonne gouvernance, l’équité, la justice sociale et la promotion des bonnes pratiques. Notre démarche est foncièrement enracinée dans la proximité du traitement des nouvelles et le strict respect des principes d’éthique et de déontologie journalistiques.

Radars Info Burkina est constitué d’une équipe motivée et déterminée qui capitalise une riche expérience professionnelle avérée.

Radars info Burkina a tissé, par ailleurs, un vaste réseau de collaborateurs, de partenaires et de personnes ressources qui crédibilisent la publication au quotidien d’informations vraies et des faits réels sur nos différentes plateformes.

Dernières nouvelles

21
Aoû2019

Bornes-fontaines dans la ville de Ouagadougou : Des gérants en apprécient différemment la gestion

Dans la capitale burkinabè, l’Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA) construit des bornes-fontaines pour fournir de l'eau potable aux populations défavorisées qui n'ont pas les moyens d'installer un...

21
Aoû2019

Procès du putsch manqué de septembre 2015 : Hermann Yaméogo et Léonce Koné victimes de leurs opinions politiques, selon Me Antoinette Ouédraogo

Me Antoinette Ouédraogo, ancien bâtonnier,  a plaidé en cette matinée du 21 août devant le tribunal militaire de Ouagadougou, afin que soient acquittés ses clients Hermann Yaméogo et Léonce Koné,...

Adresse et contacts

O3 BP 7240 Ouagadougou 03
info@radarsburkina.net
(00226) 78 87 61 27 / 58 31 58 56
Copyright © 2019 Radars Info Burkina - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public